Act'ULB pour mobileAct'ULB pour tablette
 

Mardi l 03-10-2017
Guerre et paix ne sont pas les deux faces d'une même pièce

Quelle est votre attitude vis-à-vis de la paix ou de la guerre? C'est la question posée par une équipe de chercheurs du Centre de recherche en Psychologie sociale et interculturelle de l'ULB (Faculté des Sciences Psychologiques et de l'Éducation) à plus de 800 personnes francophones.

L'objectif de cette étude, dirigée par Nicolas Van der Linden, consistait à mettre au point une version française d'une échelle développée auprès de répondants danois et américains: les participants devaient répondre à 16 questions permettant d'évaluer leur attitude par rapport aux notions de guerre et de paix.

Il peut être tentant de penser que les gens qui valorisent la paix abhorrent la guerre et vice-versa. L'étude démontre toutefois que, même si on chérit la paix, on peut considérer que celle-ci ne doit pas être préservée à tout prix et que, dans certains cas, la guerre est une solution légitime et nécessaire pour résoudre des conflits. En d'autres termes, des attitudes généralement positives vis-à-vis de la paix et de la guerre peuvent coexister.

Globalement, les résultats du public francophone confirment ceux des publics danois et américain: même si les attitudes vis-à-vis de la paix et de la guerre sont liées, il s'agit bien de deux réalités psychologiques distinctes qui ont des antécédents et des conséquences différentes.

Lundi l 02-10-2017
Aurélie Degroote, lauréate "Oréal-UNESCO For Women in Science"

Décernées tous les deux ans, les bourses L'Oréal-UNESCO For Women in Science finance des recherches effectuées par des femmes dans le monde. Parmi les lauréates de cette année figure Aurélie Degroote, qui va débuter son doctorat en neurosciences à l'ULB au sein du Laboratoire de Neurophysiologie sous la direction d'Alban de Kerchove d'Exaerde.

La jeune chercheure étudie le système des "noyaux de la base", un ensemble de structures dans le cerveau jouant un rôle dans la locomotion, l'apprentissage procédural et le système de la récompense. Ce système joue également un rôle dans la maladie de Parkinson, les addictions ou encore la schizophrénie.

Aurélie Degroote va se pencher sur les communications qui vont du thalamus vers le striatum, encore peu connues. Le but est de déterminer comment les connexions entre ces différentes parties du cerveau sont affectées par la prise de drogues. La chercheure était présente sur le plateau de l'émission radio "Tendances 1ère" pour parler de son parcours et de la présence des femmes en sciences : podcast.

Vendredi l 29-09-2017
Antibiotiques et élevage: +52% d'ici 2030

La consommation mondiale d'antibiotique en production animale représente aujourd'hui près de trois fois leur usage en santé humaine. Cette consommation devrait augmenter de près de 52% à l'horizon 2030 pour atteindre un total de 200,000 tonnes, en l'absence d'interventions publiques.

C'est la conclusion d'un consortium international de chercheurs emmenés par Thomas Van Boeckel (ancien bioingénieur de l'ULB - actuellement en PostDoc à l'ETH Zürich), et parmi lesquels, Marius Gilbert (Laboratoire d'Epidémiologie spatiale, Ecole Interfacultaire de Bioingénieurs, Faculté des Sciences), des scientifiques de l'organisation des nations unies pour l'alimentation (FAO), de l'université de Princeton et du "Center for Disease Dynamics, Economics & Policy" (CDDEP).

Publiée dans Science, leur étude est la première évaluation globale de l'effet de différentes politiques d'intervention visant à réduire l'utilisation future d'antibiotiques en production animale. Différents types d'interventions et de régulations devraient permettre de réduire cette consommation. Par exemple, une régulation globale autorisant un maximum de 50 mg d'antimicrobiens par kg d'animal par an dans les pays de l'OCDE pourrait déjà permettre de réduire la consommation de 60% sans affecter le développement du secteur de l'élevage dans les pays les plus pauvres.

Mardi l 26-09-2017
Le Big Data pour contrer la cybercriminalité

L'e-commerce ne s'est jamais aussi bien porté en Belgique. En 2016, 16% de toutes les dépenses ont été effectuées en ligne, contre 14% en 2015. 8% de toutes les dépenses en produits et 63% des dépenses en services se sont faites par voie électronique.

Facile et rapide, le paiement sur Internet n'est en revanche pas à l'abri de cyberattaques, qui sont elles aussi de plus en plus nombreuses. Pour contrer cette nouvelle cybercriminalité, le Machine Learning Group de la Faculté des Sciences ULB (Pr. G. Bontempi et Dr. Y. Le Borgne), et Worldline (Dr. O. Caelen), leader en Belgique des transactions en ligne, travaillent en étroite collaboration depuis cinq ans: leur but est de prévenir les utilisations frauduleuses de cartes, à l'aide d'algorithmes issus de l'apprentissage automatique et des nouvelles technologies de gestion de quantité massive d'information (technologies 'Big Data').

Ce partenariat, soutenu par Innoviris dans le cadre du projet Brufence (coordonné par le Pr. O. Markowitch), offre un exemple fructueux de collaboration universitaire et industrielle. Les derniers résultats issus de ce partenariat ont été publiés début septembre dans les journaux 'IEEE Transactions on Neural Networks and Learning Systems' et 'Elsevier Information Fusion'. Outre une formalisation originale du problème de détection de fraude, les principales contributions de ces travaux portent sur la conception d'algorithmes distribués et une solide validation expérimentale, permise grâce aux données réelles partagées dans le cadre de la collaboration.

Mardi l 26-09-2017
Serez-vous notre prochain.e ambassadrice/ambassadeur?

L'ULB foisonne d'initiatives, qu'elles soient purement culturelles, engagées et solidaires, qu'elles relèvent de la recherche ou de l'enseignement et elle souhaiterait en informer et en faire profiter le plus grand nombre.

Notre institution ne peut y arriver sans votre aide et souhaiterait vous inviter à devenir son ambassadrice ou son ambassadeur sur les réseaux sociaux.

L'objectif? Relayer nos activités, nos engagements, nos valeurs, les faire vôtres et leur donner de la visibilité. Facile, sans contrainte et sans obligation, diffusez en un clic à vos ami.e.s et familles les actus de l'ULB qui vous tiennent à cœur.

Intéressé.e? Inscrivez-vous à notre programme d'ambassadeur/ambassadrice de l'ULB et choisissez les thématiques à propos desquelles vous aimeriez partager votre enthousiasme: bit.ly/ULBambassadors.

On compte sur vous!

FAQs
> À quelle fréquence me sera-t-il demandé de partager des messages? Vous recevrez un e-mail contenant un message à partager sur les réseaux sociaux au maximum deux fois par mois.

> Sur quels réseaux sociaux pourrai-je partager ce message? Vous pourrez partager ce message sur les réseaux sociaux classiques, comme Facebook, LinkedIn et Twitter.

> Vais-je devoir diffuser ce message sur tous les réseaux sociaux? Vous choisissez vous-même la fréquence à laquelle vous diffusez nos messages et sur quels réseaux sociaux vous le faites.

 

Nos dernières publications:

Corten Olivier
Dubuisson François
Koutroulis Vaios
Lagerwall Anne
Berns Thomas
Lafosse Juliette
Dumont Daniel
Dorssemont Filip (dir.)
Goltzberg Stéphane
Baeyens-Volant Danielle
Laurent Pascal
Warzée Nathalie
Migeot Jean-Louis
Coyette Jean-Pierre
Sägesser Caroline
Vanderpelen-Diagre Cécile
Macsotay Tomas
van der Haven Cornelis
Vanhaesebrouck Karel
Kuhar Roman
Paternotte David

Clin d'oeil