Act'ULB pour mobileAct'ULB pour tablette
 

L'APOL1 détruit le trypanosome de l'intérieur

Mercredi le 26-08-2015

Le trypanosome est un parasite sanguin dont certaines sous-espèces provoquent la maladie du sommeil chez l'homme. Certaines populations d'Afrique de l'Ouest peuvent résister à l'infection grâce à une forme mutée d'une protéine appelée APOL1, mais cet avantage s'accompagne d'un risque plus élevé d'insuffisance rénale.

Dans une publication dans la revue scientifique Nature Communications, Etienne Pays et son équipe (Laboratoire de Parasitologie moléculaire, Faculté des Sciences) détaillent le mode de fonctionnement de l'APOL1 : on savait déjà que la protéine créait des pores dans la membrane du lysosome, entraînant la mort du parasite. Mais les chercheurs ont découvert qu'APOL1 est ensuite transportée vers la mitochondrie, où elle provoque également une perméabilisation membranaire. Le relargage d'endonucléases mitochondriales dans le noyau entraîne ensuite la trypanolyse.

Ces nouvelles observations permettent de développer de nouvelles hypothèses de recherche sur le rôle de l'APOL1 dans le développement de l'insuffisance rénale chez l'homme.

Nouveau programme de coopération entre le TTO de l'ULB et Berkeley

Mardi le 25-08-2015

Depuis 2007, un partenariat privilégié lie l'ULB et la UC Berkeley. L'ULB est la seule université belge à bénéficier d'une telle relation avec cette prestigieuse institution californienne qui consacre un budget à des séjours de recherche d'étudiants et de doctorants bruxellois.

C'est dans ce cadre que, lors de sa visite à Berkeley au début du mois d'avril, le Recteur Didier Viviers a signé un accord de coopération liant pour cinq ans le bureau de transfert de technologies de l'ULB (ULB-TTO) et IPIRA (UC Berkeley Office of Intellectual Property and Industry Research Alliances).

L'objet de cet accord vise à établir un programme d'échanges et de coopération entre les deux institutions en matière de transfert de technologies. Cela pourrait mener à des actions concrètes telles que: des séjours ou stages de formation à l'IPIRA pour les professionnels de la valorisation du TTO, l'organisation de conférences ou de séminaires communs, en particulier lors de congrès internationaux, l'accès aux réseaux du partenaire pour des dossiers de licensing, de création ou de financement de spin-offs, de gestion de brevets etc.

« Un tel accord est une belle réalisation pour l'université et pour ULB-TTO », explique Patrick Di Stefano (ULB-TTO), à l'initiative de la démarche. « L'évolution actuelle des pratiques en transfert de connaissances va obliger les universités à coopérer de plus en plus dans ce domaine, y compris au niveau international. À cet égard, une telle opportunité de travailler avec une des meilleures universités publiques du monde, championne des financements industriels, et qui a créé plus de 150 start-ups, est vraiment une opération remarquable pour l'ULB. Il faut se rendre compte que plusieurs universités, et non des moindres, en Belgique mais aussi à l'étranger, nous envient un tel accord que nos collègues de Berkeley n'avaient encore jamais accepté! C'est donc aussi une belle reconnaissance de la qualité du travail réalisé par l'ULB et son TTO » conclut Patrick Di Stefano.

Des étudiants ingénieurs de l'ULB conçoivent un système de communication contribuant à lutter contre le cancer du col de l'utérus en Bolivie

Lundi le 24-08-2015

Cet été, deux étudiantes ingénieures biomédical et un étudiant ingénieur électromécanique de l'École polytechnique de Bruxelles se sont rendus dans la Région de Cochabamba en Bolivie, dans le cadre de leur cursus. Leur mission, remplie avec succès, avait pour objectif de proposer, de développer et d'installer un système informatique permettant d'échanger les informations des patients entre un hôpital central, différents centres de santé et les laboratoires d'analyses, aidant ainsi le corps médical bolivien à lutter efficacement contre le cancer du col de l'utérus. Ce projet de coopération au développement a été mené en étroite collaboration avec la Faculté de Pharmacie de l'ULB.

La Bolivie est un pays avec une des plus hautes incidences pour le cancer du col de l'utérus. Cette situation est d'autant plus tragique lorsqu'on sait que les chances de guérison s'élèvent à plus de 99% si ce cancer est dépisté à temps, et que les outils de dépistage à l'heure actuelle ont une spécificité et une sensibilité excellente.

Afin d'améliorer le dépistage de ces lésions, la Faculté de Pharmacie de l'ULB a entamé une collaboration avec l'Université Mayor San Simón (UMSS), en Bolivie, afin de développer un laboratoire de dépistage virologique, former les infirmières et gynécologues au dépistage visuel mais aussi sensibiliser la population à la possibilité d'un examen précoce et d'un traitement. À terme, ce projet-pilote pourrait s'étendre, en collaboration avec les autorités locales, à d'autres régions de ce pays.

Si ce projet montrait d'ores et déjà des résultats très prometteurs, la transmission de l'information s'avérait quant à elle difficile et entravait le bon déroulement des opérations. En effet, un grand nombre d'intervenants, incluant le laboratoire central de virologie HPV, le laboratoire central de cytologie, le laboratoire central de pathologie, les médecins traitants et le personnel soignant, doivent partager des informations cruciales, telles que les données de contact des patients et les résultats virologiques, cytologiques, pathologiques et cliniques visuels. L'ensemble de ces données était jusqu'à présent transmis de mains à mains sur papier entraînant dès lors une lenteur dans la communication des résultats et, conjointement, le non suivi d'environ 80% des personnes qui devraient être traitées ainsi que la perte de confiance de la population dans le système de soins de santé. Il était donc crucial d'améliorer la situation et de développer un système de communication efficace qui permette de suivre et de traiter en temps utile les patientes qui en auraient besoin.

Un tel système de communication a donc été mis en place cet été par les étudiants, en partenariat avec les membres de l'UMSS, afin de coller exactement aux contraintes et aux besoins locaux. Son caractère « sur mesure » permet par exemple aux utilisateurs de réaliser les tâches d'encodage qu'ils faisaient jusqu'à présent à l'aide d'un ordinateur isolé ou sur papier. Le défi était de proposer un système convivial et permettant de centraliser l'information.

Nos jeunes ingénieurs sont à présent de retour en Belgique et heureux des résultats de leur mission en Bolivie: le système informatique d'échange de données est non seulement implanté dans les différents services et fonctionnel mais ils ont eu aussi le temps nécessaire pour former le personnel local.

Ce type projet de coopération permet à de futurs ingénieurs de mettre leurs connaissances à l'épreuve des conditions réelles d'un terrain du sud. Il contribue également à la conscientisation et à l'implication des étudiants de l'ULB vis-à-vis des réalités et des problématiques des pays en développement, mais aussi de les confronter à leurs propres perceptions culturelles. De plus, au-delà de l'aspect technique ou humain, cette réalisation largement multidisciplinaire vise aussi l'acquisition d'autres compétences importantes dans le métier de l'ingénieur comme le travail en équipe, la gestion de projet ou la mise oeuvre de solutions concrètes.

Ce projet, né de la collaboration entre la Cellule de coopération au développement de l'École polytechnique (CODEPO) et la Faculté de Pharmacie de l'ULB, a bénéficié de l'appui financier de la Commission de la Coopération au Développement de l'Académie de Recherche et d'Enseignement Supérieur (ARES-CCD) ainsi que de l'École polytechnique et de ses Alumni.

La CODEPO (Cellule de coopération au développement de l'École polytechnique de l'ULB) propose chaque année à une vingtaine d'étudiants de Master un premier investissement dans la coopération au développement. Depuis peu, avec la mise en place de la Filière biomédicale, les étudiants ont également l'opportunité de mener un projet de coopération dans ce domaine.

La Faculté de Pharmacie de l'ULB permet également aux étudiants de Master de réaliser un stage de recherche en coopération au développement. Ces stages se déroulent de concert avec des projets de recherche, généralement en Afrique de l'ouest, ou encore en Bolivie, permettant tantôt d'améliorer les méthodes de diagnostic médical, d'identifier chimiquement des substances biologiquement actives extraites de plantes utilisées en médecine traditionnelle ou encore d'améliorer la qualité de l'eau.


Séance de rentrée académique de l'ULB sous le signe des langues

La séance solennelle de rentrée académique 2015-2016 se tiendra le vendredi 18 septembre à 16h45 dans l'amphithéâtre Henri La Fontaine (bâtiment K) sur le campus du Solbosch.

Le président du Conseil d'administration Eric De Keuleneer ouvrira la traditionnelle séance académique.

Il cèdera ensuite la parole aux membres de l'Assemblée plénière: un(e) représentant(e) le corps scientifique, Nathalie Meily, représentant le personnel administratif, technique, de gestion et spécialisé, et Astrid Murango et Lionel Delchambre, représentant les étudiants.

Le recteur Didier Viviers prononcera, à son tour, un discours intitulé "Les langues dans un monde globalisé: un défi lancé à la Babel universitaire".

Souhaitant placer cette année académique sous le thème des langues, les autorités de l'Université ont invité Michaëlle Jean, Secrétaire générale de la Francophonie, à prononcer un discours au cours de cette séance. Il s'intitulera "La Francophonie, acteur des relations internationales".

Le recteur clôturera ensuite la cérémonie avant le traditionnel verre de l'amitié.

La communauté universitaire est invitée à s'inscrire à cette séance solennelle de rentrée académique via www.ULB.be/events/rentree.

Par ailleurs, toujours dans le cadre de la rentrée académique et dans celui de l'Année de la France à l'ULB, les Débats de l'ULB ont le plaisir d'accueillir le jeudi 17 septembre, à 20h, Claude Hagège, linguiste et professeur honoraire au Collège de France pour un conférence intitulé "Pour la pluralité des langues", dans l'amphithéâtre Henri La Fontaine sur le campus du Solbosch.


L'ULB accueille ses nouveaux étudiants

Depuis plusieurs années, l'ULB s'efforce de développer des activités destinées à accélérer l'intégration des nouveaux étudiants dans leur nouvel environnement physique et intellectuel. Outre les journées portes ouvertes, matinée d'information pour les parents et futurs étudiants, cours préparatoires d'été, l'ULB a mis sur pied un accueil spécifique pour ces étudiants. La JANE se déroulera le 11 septembre sur le campus du Solbosch.

Après les discours de bienvenue, les nouveaux étudiants pourront prendre part à des visites guidées des campus, à des activités culturelles et sportives (exposition, démonstrations sportives, visites des musées de l'ULB...) et à une visite des bibliothèques.

Les services de l'Université, les cercles et les bureaux étudiants se mobiliseront également pour répondre à leurs questions et cela dans une ambiance festive.

Des accueils facultaires spécifiques sont également prévus les 11 et 14 septembre, en fonction des facultés.

Plus d'information:
www.ulb.be/jane


ULB Culture au Brussels Creative Forum

Les 28 et 29 août 2015, ULB Culture participe au Brussels Creative Forum, le rendez-vous artistique et culturel incontournable de la rentrée.Le BCF est l'événement qui marque le lancement de la saison culturelle à Bruxelles.

ULB Culture y présentera notamment sa programmation en compagnie d'artistes qui exposaient à la Salle Allende, dans le cadre de sa dernire exposition "Urban Art at ULB".

En pratique: Square Brussels, Mont des Arts, 28 et 29/8/2015 de 12h à 18h. Entrée libre.


Musique gnawa à Bruxelles

Communauté minoritaire du Maroc, les Gnawa se revendiquent comme descendants d'esclaves d'Afrique de l'Ouest. De confession musulmane, leurs pratiques rituelles accordent une place importante à la musique.

Débutant une thèse de doctorat en musicologie à l'ULB et l'Université Jean Monnet de Saint-Etienne, Hélène Sechehaye s'est penchée sur la spécificité de la pratique musicale de l'importante communauté gnawa de Bruxelles, en compagnie de Stéphanie Weisser, maître de conférence à l'ULB (Faculté de Philosophie et Lettres).

Leurs investigations, publiées dans la revue Brussels Studies, montrent que les musiciens gnawa actifs à Bruxelles ont intégré à leurs pratiques des éléments nouveaux, dont l'adoption pourrait s'expliquer par leur relocalisation à l'étranger. La situation bruxelloise présenterait même un caractère unique : on y observe des changements dans les modes d'apprentissage, l'apparition de la mixité de genre dans la pratique musicale profane et rituelle, mais aussi l'appropriation d'autres styles musicaux marocains dans lesquels les musiciens gnawa puisent l'inspiration pour leur répertoire, théoriquement fermé à l'intégration d'éléments extérieurs.

[Lien vers la publication]


Salles d'étude et bibliothèques à l'ULB: étudiez en toute tranquillité !

Vu la demande croissante d'espaces destinés à se préparer au mieux à vos examens, le Département des services à la communauté universitaire met à disposition des salles d'étude du 3 au 30 août 2015.

Pour y avoir accès, vous devrez présenter votre carte d'étudiant ULB ou VUB 2014-2015.

Horaire et localisation des salles d'étude et bibliothèques sur les campus de l'ULB: www.ulb.ac.be/dscu/lieux-etude.html

Document attaché

 

Nos dernières publications:

Paternotte David
Tremblay Manon
Dye Guillaume
van Rompaey Anja
Brouwer Christian
Zaccaï-Reyners Nathalie
Mermet Laurent
Lauwaert Françoise
Vanacker Daniel
Laoureux Denis
De Smet François

Clin d'oeil