Act'ULB pour mobileAct'ULB pour tablette

Écoutez l'ULB

Portraits

Tam-tam

> Annoncer un événement dans l'agenda de l'ULB.

> Envoyez-nous vos actus et nous ferons résonner le tam-tam!

 

ERC Advanced Grant en économie

Chercheur au sein d'ECARES, Faculté Solvay Brussels School of Economics and Management, Patrick Legros décroche un prestigieux ERC Advanced Grant.

La théorie de l'organisation industrielle nous a permis de mieux comprendre la façon dont les entreprises interagissent et l'influence des structures de marché sur le comportement des entreprises, les prix et les caractéristiques des produits. Toutefois, la majorité des travaux partent du présupposé qu'une entreprise peut être identifiée avec un décideur unique dont le but est de maximiser le profit, de minimiser les coûts de production. Cette vision de l'entreprise est devenue une contrainte. Elle empêche l'organisation industrielle d'expliquer certaines nouvelles régularités empiriques, telles que les différences de productivité entre entreprises à priori identiques, ou l'analyse de situations néfastes pour les consommateurs qui semblent directement liées à des dysfonctionnements dans l'organisation et la gouvernance des entreprises.

Chercheur au sein d'ECARES, à la Faculté Solvay Brussels School of Economics and Management, Patrick Legros vient de recevoir un Advanced Grant du Conseil européen de la recherche (ERC) pour développer une nouvelle théorie de l'organisation industrielle, basée sur une vision plus riche de l'entreprise dans laquelle les conflits d'intérêts entre actionnaires, travailleurs, dirigeants et consommateurs définissent les limites entre entreprises et marchés ainsi que leurs performances.

Après Estelle Cantillon et Bram De Rock, Patrick Legros décroche un 3e ERC Grant – et le premier advanced – au sein du centre ECARES.

Derrière la caméra

Pas simple d'accéder à certains lieux ou d'assister à certains événements lorsque vous êtes une femme, non musulmane, venue d'Europe mener une recherche sur les étudiants coraniques... Alors doctorante à Oxford University, Hannah Hoechner a décidé de réaliser un film avec neuf jeunes et deux professionnels de Kannywood, l'industrie du film de Kano, au Nigeria. Quatre mois plus tard, il y avait le film Duniya Juyi Juyi et surtout du matériel d'étude pour la chercheuse.

« Mon objectif était grâce à ce film de créer une relation de confiance pour mieux comprendre la réalité de ces élèves d'écoles coraniques; c'était aussi de donner au grand public un témoignage, au-delà des à priori présentant ces jeunes comme les terroristes de demain », explique Hannah Hoechner, en postdoctorat au LAMC, Laboratoire d'anthropologie des mondes contemporains.

Vous pourrez découvrir cette expérience et d'autres lors du colloque international Actualités de l'anthropologie audiovisuelle, les 25 et 26 septembre, sur le campus du Solbosch.


Limite quantique des télécommunications

Des chercheurs du Centre for Quantum Information and Communication répondent à une question-clef : quelle est la limite théorique intrinsèque des flux de données dans les fibres optiques ?

Largement répandues dans les réseaux de télécommunication, les fibres optiques utilisent des impulsions de lumière pour transmettre les 0 et les 1 qui forment les bits, constituant tous les contenus circulant sur Internet : courriels, images, musique, vidéos...

Une question taraude les scientifiques : quelle est la limite théorique intrinsèque de ces flux de données optiques ? Nicolas Cerf et Raul Garcia-Patron, Centre for Quantum Information and Communication, Ecole polytechnique de Bruxelles viennent d'apporter une réponse dans la revue Nature Photonics, en s'appuyant sur la théorie de l'information quantique.

En tenant compte des particules – les photons – qui composent la lumière, les chercheurs ont pu délimiter précisément le nombre de bits que peuvent porter un nombre moyen de photons fixé. « Le bruit quantique lié à la nature corpusculaire de la lumière peut se concevoir comme le clapotis des gouttes d'un jet d'eau qui frapperait la membrane d'un tambour. Nous avons pu déterminer en quoi ce bruit quantique limite la capacité des canaux bosoniques gaussiens. L'élément décisif est la preuve que l'entropie produite par ces canaux est minimale si on y injecte l'état quantique du vide bosonique » commente Nicolas Cerf. Les lignes de communication optique, comme les fibres optiques sont modélisées par ces canaux bosoniques gaussiens (les photons sont des bosons); la portée de ce résultat théorique est donc très large...


Sûreté nucléaire

« On peut distinguer trois périodes dans l'histoire de la sûreté nucléaire. D'abord, la période technique où les ingénieurs apportent des solutions techniques à des problèmes techniques. Ensuite, la période dite de l'erreur humaine: les incidents sont liés, pense-t-on, à des erreurs humaines et donc, sont mis en place des procédures, des formations et des automatisations afin d'éviter toute erreur humaine », explique Benoît Bernard, chargé de cours à la Faculté des Sciences sociales et politiques. « Aujourd'hui, nous considérons que les progrès sont à faire au niveau de l'interaction entre technique et humain. En d'autres termes, au-delà de machines performantes et de procédures validées, il faut une adhésion humaine pour rendre le tout efficace ».

Safety analyst auprès du régulateur du secteur nucléaire, Benoît Bernard a pour fonction d'évaluer la sûreté des centrales nucléaires. Sa recherche, récemment publiée aux Editions EDP Sciences, est nourrie de cette expérience de terrain. « Il arrive qu'une procédure devienne une fin en soi: on ne réfléchit plus, on applique la procédure automatiquement. Mais après plusieurs années, on finit par oublier l'intérêt de cette procédure et finalement, par ne plus l'appliquer parce qu'on n'y trouve plus de sens. C'est alors que des incidents peuvent se produire », souligne Benoît Bernard, « Par ailleurs, toutes les situations ne peuvent pas être couvertes par des procédures qui pour certaines d'entre elles, pourraient être des guides à adapter sur le terrain. L'humain est donc essentiel ».


Squelette de Saint-Guidon : science et légende

Situé au fond de la Collégiale d'Anderlecht, la châsse de Saint-Guidon est supposée contenir les ossements de ce bruxellois, parti en pèlerinage vers Rome, Jérusalem et les Lieux Saints à la fin du 10e et début du 11e siècle et décédé dans son village natal peu de temps après son retour. Mais est-ce vraiment le cas ?

Contacté par le Service des Monuments et Sites de la commune d'Anderlecht, le L.A.B.O (Laboratoire d'Anatomie, de Biomécanique et d'Organogenèse – Faculté de médecine) a pratiqué une série de tests sur les ossements conetnus dans le reliquaire, afin de confronter la légende de Saint Guidon à la réalité scientifique.

Analyse des sutures palatines et médecine légale, CT scan, reconstruction du crâne en 3D, stomatologie et pathologie dentaire, anthropométrie etc. Ces expertises ont révélés que le squelette est celui d'un adulte masculin âgé de 30 à 40 ans, de type indo-européen, ne présentant pas de pathologie remarquable excepté quelques marques de sénescence. Une datation au radiocarbone réalisée sur le fémur gauche par l'Institut royal du Patrimoine artistique situe l'âge de l'os entre 890 et 1020 AD, correspondant à l'époque durant laquelle a vécu Saint Guidon. Les experts continuent leurs analyses pour démêler les faits de la légende.


Colloïdes et ADN pour créer des matériaux complexes

Pour construire des matériaux ayant des propriétés particulières à l'échelle nano ou micrométrique, de nouvelles approches doivent être envisagées. C'est le cas, notamment, de la construction par auto-assemblage de colloïdes fonctionnalisés par de l'ADN : des brins d'ADN complémentaires sont fixées sur des particules en suspension dans un liquide. En variant la température, les ADN complémentaires s'hybrident entre eux et les particules précipitent en un agrégat.

Les chercheurs tentent aujourd'hui de comprendre comment utiliser cette technique pour créer des agrégats avec des structures cristallines souhaitées. Cette technique aurait de nombreuses applications technologiques, notamment en optique, où la structure des cristaux influence la propagation de la lumière. Mais actuellement, l'auto-assemblage de matériaux colloïdaux n'est possible que pour des structures avec valence élevée, c'est-à-dire ayant le maximum de liaisons entre une particule et ses voisines.

Dans un article théorique publié dans Physical Review Letters, une équipe internationale, comprenant leService de Physique des Systémes Complexes et Mécanique Statistique (Faculté des Sciences), démontre qu'il serait également possible de créer ces agrégats avec une valence limitée. Les chercheurs pourraient donc contrôler le nombre de valences qu'ils souhaitent utiliser pour une application précise, en exploitant la mobilité de l'ADN. Cette approche devrait faciliter la conception de nouveaux matériaux colloïdaux.


Océan austral: nouvel atlas

Dans une collaboration internationale sans précédent, 147 scientifiques, issus de 91 institutions réparties dans 22 pays - dont l'équipe du Laboratoire de Biologie marine de la Faculté des Sciences, ULB - ont combiné leurs expertises et leurs connaissances pour produire un nouvel Atlas biogéographique de l'océan austral qui vient d'être lancé fin août lors de la conférence du Scientific Committe on Antarctic Research (SCAR).

Plus de 9000 espèces, allant des microbes aux baleines, sont enregistrées dans une étonnante collection d'informations et de photos. En 66 chapitres, les scientifiques examinent l'évolution de l'environnement physique, la génétique et l'impact possible du changement climatique sur les organismes marins dans la région.

C'est la première fois qu'un tel effort est entrepris depuis 1969, lorsque la Société américaine de géographie avait publié son « Plan Antarctique Folio Series ».

Plus d'information

 

Nos dernières publications:

Parent Sabrina
Le Huérou Anne
Merlin Aude
Regamey Amandine
Sieca Kozlowski Elisabeth
Lemaire Ch. Jacques
Bijleveld Henny-Annie
Estienne Françoise
Vander Linden Fabienne
Lissauer Tom
Clayden Graham
Joffrin Cécile
Casimir Georges
Vogel Jean
Hanquinet Laurie
Focardi Filippo
Capotorti Francesco
Hilf Meinhard
Jacobs Francis
Jacqué Jean-Paul