Act'ULB pour mobileAct'ULB pour tablette

L'objet de la recherche

Portraits

Paroles de chercheurs

Tam-tam

> Annoncer un événement dans l'agenda de l'ULB.

> Envoyez-nous vos actus et nous ferons résonner le tam-tam!

 
 

Transformation de la calotte glaciaire

Mardi le 26-05-2015

Pour la première fois, une étude montre que les dômes de glace côtiers stabilisant la calotte glaciaire antarctique se sont formés entre une période glaciaire et une période interglaciaire. Ces résultats ralentissent significativement les réponses de la calotte polaire aux changements climatiques.

Pour réaliser cette étude, Lionel Favier et Frank Pattyn du laboratoire de Glaciologie de la Faculté des Sciences, ont modélisé le processus de formation de ces dômes de glace côtiers.

L'étude montre que cette formation s'effectue lors d'une déglaciation, c'est-à-dire lorsque la ligne d'ancrage (limite entre parties posée et flottante de l'inlandsis) recule en direction du centre de l'inlandsis. Une fois formés, ces dômes ralentissent drastiquement le recul de l'inlandsis, ce qui pourrait expliquer pourquoi des changements importants de volumes dans le passé montrent une réponse retardée par rapport aux changements climatiques actuels.

Cette modélisation est possible grâce aux récentes évolutions des modèles numériques par la communauté de glaciologues.

Les résultats de cette étude sont à découvrir dans Antarctic ice rise formation, evolution and stability.

Cancer: vers un nouvel outil d'aide à la décision?

Lundi le 18-05-2015

Face au cancer, il est important de disposer de nouveaux appareils qui permettent de poser un diagnostic, d'établir un pronostic et d'analyser et contrôler les données avec précision, plus rapidement qu'aujourd'hui.

Réunissant 9 partenaires, le projet européen GLAM a pour ambition de répondre à ce défi: il vise à concevoir et élaborer un nouvel outil de diagnostic capable de détecter des marqueurs biologiques présents dans des fluides biologiques obtenus de façon non invasive, principalement les urines dans le cas des cancers de l'appareil génito-urinaire, afin d'aider les oncologues à prendre de meilleures décisions thérapeutiques dans une approche de médecine personnalisée.

Ce projet mettra au point un appareil intégré, fonctionnant à l'aide de nouveaux biocapteurs photoniques et caractérisé par une sensibilité extrême, la simplicité d'utilisation, la portabilité, un faible coût...

Parmi les partenaires de ce projet européen, Grégory Kozyreff – unité d'Optique non-linéaire théorique, Faculté des Sciences – qui interviendra surtout dans la phase de conception et de démonstration expérimentale en laboratoire, en apportant un support théorique sur les aspects optiques du capteur pour optimiser sa sensibilité.

Hip-hop, vers la fin du ghetto ?

Lundi le 18-05-2015

Le Rap, le Graffiti, le Breakdance sont différentes branches constituantes d'un même mouvement : le hip-hop. Depuis les années quatre-vingt, cette mouvance culturelle a gravi les échelons pour quitter les quartiers pauvres et se faire apprécier de tous. Aujourd'hui, quelles considérations accorde-t-on à cet art urbain ?

Le 86e numéro de la revue Brussels studies fait la part belle au hip-hop, en s'intéressant particulièrement à la spatialité des « battles » et des entraînements de breakdance à Bruxelles.

Pour mieux comprendre l'insertion contemporaine de cet art de rue dans le contexte bruxellois, la revue a fait appel à Benoît Quittelier. Docteur en géographie, Faculté des Sciences, le chercheur est aussi danseur de breakdance depuis le début des années 2000, il bénéficie donc d'une expérience pointue du terrain.

Selon Benoît Quittelier, si la danse est pratiquée essentiellement hors des zones défavorisées de Bruxelles, elle continue à éprouver du mal à s'imposer dans le réseau culturel. Les spectacles de breakdance étant dés lors souvent liés à des sponsors publicitaires.

Les formations souffrent également de ce manque de considération, trouver des lieux pour enseigner cette danse reste difficile. Par conséquent, les pratiquants se trouvent obligés de s'approprier l'espace urbain, non sans risques. Alors, les lieux du Hip-hop vers la fin du ghetto ?

Un article de Benoît Quittelier à découvrir dans le dernier numéro de Brussels studies.


Dis-moi qui tu es, je te dirai pour qui tu votes

Souvenez-vous, il y a un an, plusieurs universités proposaient aux Belges un test électoral les aidant à faire un choix avant de se rendre aux urnes. Ce test en ligne développé par le consortium de recherches PartiRep (PAI), a été consulté par 1,996 million de citoyens, soit 26% de la population en âge de voter : un succès.

De plus, cette collaboration entre chercheurs de différentes universités, leur donna la possibilité de décrypter une masse de données issues de l'électorat.

Une analyse qui donne aujourd'hui le jour à un ouvrage intitulé : Décrypter l'électeur. Le comportement électoral et les motivations du vote, auquel à participé Pascal Delwit, Faculté des Sciences sociales et politiques, CEVIPOL.

Dans le but de compléter ces données et d'obtenir plus d'informations quant au comportement électoral en fonction du type de scrutin, du vote communautaire ou encore des différences entre homme et femme, les chercheurs ont aussi réalisé des études d'opinions au sein d'échantillons représentatifs des électeurs flamands et wallons.

Un décryptage est à découvrir dans Décrypter l'électeur. Le comportement électoral et les motivations du vote, paru chez Lannoo Campus.


Mort cellulaire orientée par le NAD

Continuellement dans l'organisme, des cellules meurent de manière programmée. Certaines par "apoptose", un processus naturel relativement discret car il n'affecte pas la fonction des cellules avoisinantes et ne suscite pas de réponse inflammatoire. D'autres par "nécroptose", un processus de mort cellulaire identifié notamment dans les infections virales : les cellules libèrent alors des molécules pro-inflammatoires qui attirent les cellules sanguines et provoquent une réponse immune protectrice.

Dans une étude publiée récemment dans Cell Death and Differentiation, Nicolas Preyat (laboratoire d'Immunobiologie, IBMM), Oberdan Leo (IMI) et leurs collaborateurs démontrent que le nicotinamide dinucléotide (NAD) favoriserait la nécroptose, aux dépens de l'apoptose. Cette observation éclaire les mécanismes qui régulent le choix du processus de mort cellulaire, encore mal connus aujourd'hui, et permet d'imaginer de nouvelles approches thérapeutiques dans le cadre de la lutte contre les cancers : en favorisant l'accumulation de NAD intracellulaire, il serait en effet envisageable de favoriser la mort des cellules tumorales par nécroptose, déclenchant ainsi une réponse immune anti-tumorale.


Le Belge apathique, non une fois ?

Trotski caractérisait la Belgique comme un peuple qui avait renoncé à tous idéaux, ni de droite, ni de gauche et apathique. Un constat pas forcément vrai selon David Paternotte, Faculté des sciences sociales et politiques. Dans un dossier dirigé avec Jean Faniel, directeur du CRISP (Centre de recherche et d'information socio-politiques) dans Politique, revue de débats, le chercheur propose un aperçu des mouvements sociaux en Belgique aujourd'hui.

Notre pays se caractérise par une grande diversité de mouvements sociaux. Pas uniquement liée à la gauche ou à la sphère ouvrière, en Belgique la contestation sociale s'est également marquée dans les affrontements entre catholiques et laïcs, ou encore par l'émancipation du Mouvement flamand.

La concertation sociale y est bien installée, et les acteurs de la société civile souvent invités à la table des négociations. Mais sous certaines conditions, car l'État souhaite s'adresser à un nombre limité d'acteurs capable de parler au nom d'un groupe. Ce n'est pas pour autant que les Belges ne se mobilisent pas. C'est un pays de manifestations et de grèves, en témoignent les dernières contestations contre le gouvernement Michel.

Un état des lieux du militantisme à la belge à découvrir dans Politique, revue de débats.


Redémarrage du LHC: déjà des collisions record!

Les activités du CERN reprennent progressivement : le LHC (Large Hadron Collider) a été remis en route il y a quelques jours, après 2 ans d'inactivité durant lesquels plusieurs modifications ont été effectuées pour notamment le rendre plus puissant.

La nuit dernière, lors des tests de réglages, les physiciens du CERN ont pu observer pour la première fois une collision de protons à l'énergie record de 13 TeV, une énergie jamais atteinte par un accélérateurde particules. Les tests continuent dans les jours à venir : un deuxième round est prévu début juin. Une fois tous les paramètres définis, tous les détecteurs pourront être relancés. Les scientifiques de l'ULB (Service de Physique des particules élémentaires, Faculté des Sciences) et leurs collègues pourront alors reprendre l'analyse de données du détecteur de particules CMS.

Le LHC run 2 a pour but de confirmer l'existence et de caractériser le boson de Brout-Englert-Higgs, dont la découverte a été confirmée par le CERN en 2012, ce qui vaudra à François Englert et Peter Higgs le prix Nobel de physique en 2013. Mais les scientifiques s'intéresseront également à la matière noires, aux particules 'exotiques', à la supersymétrie, etc.

[Plus d'informations sur le site du CERN]


Belge ou Belgo-étranger ?

Quelle est mon identité ? Comment suis-je considéré au niveau socio-économique ? Où est-ce que je situe la place de la religion dans notre société ? Voilà autant de questions sur lesquelles se sont penchés 700 Belges d'origine turque et ou marocaine à travers une enquête co-dirigée par Corinne Torrekens, Groupe de recherche sur les Relations Ethniques, les Migrations et l'Égalité (GERME) et réalisée par la Fondation Roi Baudouin,.

Centré sur l'opinion des Belgo-Turcs et Belgo-Marocains, le but de cette enquête est de cerner leurs profils socio-démographiques, leurs positionnements dans la société belge, ainsi que d'analyser leurs dynamiques d'intégration et les difficultés qu'ils rencontrent.

Les résultats de l'enquête témoignent d'une réalité complexe. Plus de 9 répondants sur 10 possèdent la nationalité belge ; la majorité de ces groupes se sent autant belge que d'origine étrangère. Mais une personne sur deux estime qu'elle n'est pas perçue comme Belge par les Belgo-Belge. On constate une amélioration dans leurs niveaux de revenu et beaucoup sont propriétaires de leur logement, cependant le taux de chômage reste élevé au sein de leurs communautés.

Le rapport Belgo-Marocains et Belgo-Turcs : (auto)portrait de nos concitoyens peut être consulté, téléchargé ou commandé sur le site de la Fondation Roi Baudouin.

 

Nos dernières publications:

Hottois Gilbert
Missa Jean-Noël
Perbal Laurence
Bribosia Emmanuelle
Rorive Isabelle
Wilmet Marc
Déom Jacques
Saygin Mehmet Alparslan
Couloubaritsis Lambros
Cartuyvels Yves
Guillain Christine
Vanhaesebrouck Karel
Périer-D'Ieteren Catheline
Mohrmann Ivo