Act'ULB pour mobileAct'ULB pour tablette
 


Enseignant : un métier porteur

En 2019-2020, la Région bruxelloise accueillera environ 24 000 élèves de plus qu'en 2013-2014 dans l'enseignement maternel, primaire et secondaire. Cette croissance génère des besoins supplémentaires en infrastructures, mais aussi en enseignants.

Une équipe interuniversitaire composée entre autres de Pierre Marissal et Benjamin Wayens, Institut de Gestion de l'Environnement et d'Aménagement du Territoire, Faculté des Sciences a mobilisé les données disponibles pour tenter d'estimer les besoins non couverts en personnel enseignant à Bruxelles en 2019-2020. Cette synthèse vient d'être publiée dans Brussels Studies.

Cette recherche établit à la fois un scénario minimaliste s'inscrivant dans la continuité de la situation actuelle et un scénario idéal visant à atteindre un encadrement optimal. Pour faire face à cette croissance, les chercheurs évoquent deux pistes : réduire la demande, par exemple en limitant le redoublement et les réorientations vers les filières les plus consommatrices de cadre, mais aussi augmenter l'offre et donc le nombre d'enseignants sur le territoire bruxellois.

Vous pouvez découvrir la synthèse de l'étude ainsi que son ensemble en un simple clic.


Domaine .brussels : produit de niche ?

Quel est le succès d'adoption des noms de domaines web régionaux ? Des chercheurs du ReSIC- MASTIC, Faculté de Lettres, Traduction et Communication ont étudié la question à travers un cas précis : le nom de domaine « .brussels ».

Récemment, plusieurs médias ont pointé le succès mitigé de ce nom de domaine, Seth van Hooland, co-auteur de l'étude, nuance. Pour lui, le taux d'enregistrement de noms de domaine ne reflète pas le taux de succès d'une extension. Une série de facteurs économiques et culturels ainsi que les stratégies marketing effectuées autour de l'extension influencent le taux d'enregistrement.

Cette analyse permet de mettre en évidence le nombre réduit d'enregistrements d'ordre spéculatif sous le .brussels. Les chercheurs postulent donc qu'il faut aller au-delà du simple calcul du nombre de noms de domaine vendus. S'il est vrai que les objectifs d'enregistrement sous le .brussels ne sont pas atteints, cet article démontre que ceux effectués jusqu'à présent suivent une croissance saine. Les .brussels sont pour le moment des produits de niche mais utilisés en grand nombre par le service public, des entreprises et des citoyens afin de mettre en avant un lien fort avec Bruxelles.

Au travers des témoignages effectués sur le terrain, les chercheurs ont pu réaffirmer que la cause principale de ce taux d'enregistrement encore restreint est dû à un manque de connaissance de l'arrivée de nouvelles extensions sur le marché.

L'ensemble de cette recherche est disponible ici.


L'état des religions et de la laïcité en Belgique

L'Observatoire des religions et de la laïcité (ORELA) de l'ULB fait paraître son quatrième rapport sur l'état des religions et de la laïcité en Belgique, portant sur l'année 2015. Il propose des commentaires et analyses relatifs à ce qui a fait l'actualité des religions et de la laïcité en Belgique l'an dernier.

Il aborde le domaine des rapports entre religion et société comme celui des relations entre l'Etat et les cultes, et ce dans un contexte marqué de forte médiatisation du religieux, d'une omniprésence de l'islam tant dans les médias que dans le débat public, de peurs autour de l'islam, de recrudescence de l'antisémitisme et de débats sur des questions éthiques, entre sécularisation de la société et reconquête de l'espace public par le religieux.

Il pointe aussi l'arrivée à la tête de l'archevêché de Malines-Bruxelles de Jozef De Kesel et met en particulier en évidence les politiques publiques en lien avec le fait religieux, marquées par les développements de l'actualité récente, la réforme des cours de religion et de morale non confessionnelle, ainsi que la diversité culturelle et convictionnelle que l'on rencontre dans la Région de Bruxelles-Capitale, à la lumière des résultats du sondage ORELA/Le Soir/RTBF.

Tous les résultats de ce rapport sont en ligne.


Appel à projets de cours-conférences pour le cycle 2017 du Collège Belgique

Le Collège Belgique lance son nouvel appel à propositions de cours-conférences en vue de constituer le programme de 2017.

Le Collège Belgique propose à chacun, tant à un public curieux qu'au chercheur spécialisé, des cours-conférences de haut niveau, orientés vers des thématiques peu explorées et aux confins de différentes disciplines. Il vise ainsi à sortir des universités, institutions artistiques et autres centres de recherche un savoir peu diffusé, afin de permettre à l'ensemble des citoyens d'y accéder.

Les leçons se tiennent à Bruxelles (Palais des Académies), Namur (Palais provincial), Liège (Salle philharmonique ou autre lieu à déterminer) et Charleroi (Palais des Beaux-Arts). Elles sont accessibles à tous, gratuitement.

Les cours-conférences du Collège Belgique bénéficient de l'accréditation par les écoles doctorales du Fonds de la Recherche scientifique-FNRS pour les doctorants et par l'INAMI pour les médecins pour certaines leçons dans le domaine médical.

Intéressé(e) ? Consultez la page de présentation de l'appel et téléchargez les formulaires.

Les projets candidats doivent être communiqués par voie électronique au Collège Belgique pour le 30 septembre 2016 à minuit au plus tard, à l'adresse collegebelgique@academieroyale.be.


Immigration italienne : une réussite ou presque

Alors que nous commémorons les 70 ans d'un accord qui fit venir vers les mines belges des centaines de milliers d'Italiens, la présence italienne en Belgique fait figure de réussite. Pourtant, la réalité est bien plus complexe.

Selon Anne Morelli, Centre interdisciplinaire de l'étude des Religions et de la Laïcité (CIERL), Faculté de Philosophie et Sciences sociales, les Italiens de Belgique – malgré les mêmes parcours de réussite toujours mis en avant - continuent globalement à être socialement stigmatisés par leurs origines ouvrières. C'est dans ce cadre que la chercheuse publie un ouvrage visant à nuancer les considérations à l'emporte-pièce sur l'immigration italienne et à inciter la poursuite des recherches sur le sujet.

À travers les synthèses de mémorants ou doctorants qu'elle a supervisés, le livre aborde des sujets comme la répartition géographique des Italiens à Bruxelles et dans le reste de la Belgique, leur comportement électoral ou encore leurs convictions.

Anne Morelli insiste sur le fait que ces recherches doivent étudier aussi l'immigration italienne actuelle : « Beaucoup de jeunes Italiens sont déçus de la situation de leur pays, et viennent étudier en Belgique dans le but de s'y installer. »

 

Nos dernières publications:

Van Haute Emilie
Louault Frédéric
De Waele Jean-Michel
Plateau Nadine
Loriaux Stéphanie
Bloc Fabienne
Piette Valérie
Firouzeh Nahavandi
Hennebel Ludovic
Tigroudja Hélène
Souchez Roland
Hasquin Hervé

Clin d'oeil