Act'ULB pour mobileAct'ULB pour tablette
 


L'Atelier genre(s) et sexualité(s) fête ses 10 ans

Il y a dix ans, l'Atelier Genre(s) et Sexualité(s) voyait le jour à l'Institut de Sociologie de l'Université libre de Bruxelles. Créé par Cathy Herbrand, David Paternotte, Annalisa Casini et David Berliner, il allait devenir un des principaux séminaires sur le genre et la sexualité en Belgique.

Au rythme d'une à deux réunions par mois, ce séminaire a reçu quelques uns des plus grands noms du monde de la recherche sur ces questions, tout en réservant une place importante aux jeunes chercheurs, ce compris les doctorants. Résolument international, il a tant cherché à faire connaître des chercheurs étrangers en Belgique qu'à promouvoir les travaux réalisés dans notre pays. Pluridisciplinaire, il a croisé au fil du temps sociologie, anthropologie, science politique, histoire, philosophie, psychologie sociale et littérature. Engagé, il n'a eu de cesse de créer des ponts entre le monde de la recherche et la vie hors de l'Université.

À l'occasion de son 10e anniversaire, l'équipe de l'Atelier Genre(s) et Sexualité(s) a souhaité rappeler de manière visuelle cette décennie de rencontres et d'effervescence intellectuelle.

> Pour plus d'informations sur les activités d'AGS, rendez-vous sur : www.ulb.ac.be//is/ags


Mort cellulaire orientée par le NAD

Continuellement dans l'organisme, des cellules meurent de manière programmée. Certaines par "apoptose", un processus naturel relativement discret car il n'affecte pas la fonction des cellules avoisinantes et ne suscite pas de réponse inflammatoire. D'autres par "nécroptose", un processus de mort cellulaire identifié notamment dans les infections virales : les cellules libèrent alors des molécules pro-inflammatoires qui attirent les cellules sanguines et provoquent une réponse immune protectrice.

Dans une étude publiée récemment dans Cell Death and Differentiation, Nicolas Preyat (laboratoire d'Immunobiologie, IBMM), Oberdan Leo (IMI) et leurs collaborateurs démontrent que le nicotinamide dinucléotide (NAD) favoriserait la nécroptose, aux dépens de l'apoptose. Cette observation éclaire les mécanismes qui régulent le choix du processus de mort cellulaire, encore mal connus aujourd'hui, et permet d'imaginer de nouvelles approches thérapeutiques dans le cadre de la lutte contre les cancers : en favorisant l'accumulation de NAD intracellulaire, il serait en effet envisageable de favoriser la mort des cellules tumorales par nécroptose, déclenchant ainsi une réponse immune anti-tumorale.


Le Belge apathique, non une fois ?

Trotski caractérisait la Belgique comme un peuple qui avait renoncé à tous idéaux, ni de droite, ni de gauche et apathique. Un constat pas forcément vrai selon David Paternotte, Faculté des sciences sociales et politiques. Dans un dossier dirigé avec Jean Faniel, directeur du CRISP (Centre de recherche et d'information socio-politiques) dans Politique, revue de débats, le chercheur propose un aperçu des mouvements sociaux en Belgique aujourd'hui.

Notre pays se caractérise par une grande diversité de mouvements sociaux. Pas uniquement liée à la gauche ou à la sphère ouvrière, en Belgique la contestation sociale s'est également marquée dans les affrontements entre catholiques et laïcs, ou encore par l'émancipation du Mouvement flamand.

La concertation sociale y est bien installée, et les acteurs de la société civile souvent invités à la table des négociations. Mais sous certaines conditions, car l'État souhaite s'adresser à un nombre limité d'acteurs capable de parler au nom d'un groupe. Ce n'est pas pour autant que les Belges ne se mobilisent pas. C'est un pays de manifestations et de grèves, en témoignent les dernières contestations contre le gouvernement Michel.

Un état des lieux du militantisme à la belge à découvrir dans Politique, revue de débats.


La Faculté des Sciences accueille le Dr. Christian Peeters (UPMC ­- Paris 6)

Dans le cadre du dernier appel "crédits de mobilité internationale" de la CCCI (Commission de classement des crédits internationaux), un budget a été octroyé au Service évolution biologique et écologie (EBE) de la Faculté des Sciences pour accueillir, du 23 mai au 27 juin, le Dr. Christian Peeters, de l'Institut d'écologie et sciences de l'environnement de l'Université Pierre et Marie Curie.

Durant son séjour à l'ULB, le Dr Peeters réalisera, en collaboration avec l'EBE, un projet de recherche consacré à l'écologie évolutive de la dispersion chez les insectes, en exploitant comme modèles biologiques les fourmis du désert. Ce projet repose sur la combinaison d'analyses génétiques, d'observations comportementales et de données morphologiques pour déterminer les stratégies de dispersion des sociétés et leur origine évolutive. La morphologie constitue en effet un critère essentiel pour clarifier comment les organismes évoluent et opèrent dans leur milieu naturel.

Le Dr Peeters jouit d'une réputation internationale dans le domaine de la morphologie fonctionnelle et ses recherches font autorité en la matière. Il donnera deux cours-conférences:

  • le mercredi 27 mai à 12h30 (lieu à préciser): "L'évolution d'ouvrières, sans ailes et souvent naines, explique l'extraordinaire succès écologique des fourmis"
  • le jeudi 4 juin à 12h30 (lieu à préciser): "La fondation solitaire ou collective de nouvelles sociétés chez les fourmis"

Il proposera également une collection de courts films éducatifs dont il est l'auteur, illustrant la biologie et l'organisation sociale des fourmis.

Contact: Serge Aron, 02 650 30 37 – saron@ulb.ac.be


Université d'été en Langue et Civilisation tchèques

Le Centre d'études tchèques de l'ULB, le Centre tchèque à Bruxelles et l'Ambassade de la République tchèque à Bruxelles organisent une université d'été en Langue et Civilisation tchèques. Cette formation, utile aux universitaires, fonctionnaires européens, traducteurs et interprètes, est accessible à toute personne qui désire se perfectionner ou s'initier au tchèque.

Concrètement, les cours ont lieu, à l'ULB, du 15 au 26 juin, en soirée (de 18 à 20h30). Le dimanche 14 juin sera organisé un test permettant d'évaluer les compétences linguistiques des participants, afin de les répartir en groupes de niveau (débutants et faux-débutants - intermédiaires - avancés). Ce test, suivi d'un verre de bienvenue, aura lieu au Centre culturel tchèque (av. A. Buyl 150-152, 1050 Bruxelles).

L'enseignement est assuré par une équipe de professeurs de l'Université Charles de Prague, locuteurs natifs et spécialistes de tchèque langue étrangère. Les études associent l'acquisition méthodique des structures grammaticales de la langue à la pédagogie communicative. Un certificat sera délivré à tous les participants qui auront suivi l'entièreté des cours.

Le montant de l'inscription s'élève à 275 euros pour les personnes extérieures à l'ULB, 125 euros pour les étudiants (hors ULB) et le personnel de l'ULB et 60 euros pour les étudiants ULB.

Contact et informations:
cet@ulb.ac.be ou jelinkova.adela@yahoo.com

 

Nos dernières publications:

Hottois Gilbert
Missa Jean-Noël
Perbal Laurence
Bribosia Emmanuelle
Rorive Isabelle
Wilmet Marc
Déom Jacques
Saygin Mehmet Alparslan
Couloubaritsis Lambros
Cartuyvels Yves
Guillain Christine
Vanhaesebrouck Karel
Périer-D'Ieteren Catheline
Mohrmann Ivo

Clin d'oeil