Les études et les débouchés à l'ULB

Une échelle de notation ECTS, dans quel but ?

L'Arrêté du Gouvernement de la Communauté française déterminant les modèles des diplômes et des suppléments aux diplômes délivrés par les institutions universitaires de la Communauté française dispose :
Le supplément au diplôme vise à fournir des données indépendantes et suffisantes pour améliorer la "transparence" internationale et la reconnaissance académique et professionnelle équitable des qualifications (diplômes, acquis universitaires, certificats, etc).

L'Arrêté impose notamment que le supplément au diplôme comporte des informations sur le contenu des études et sur les résultats obtenus par l'étudiant. Ces informations portent sur le système de notation en vigueur en Belgique francophone :

"L'évaluation finale d'un enseignement s'exprime sous forme d'une note, comprise entre 0 et 20, le seuil de réussite étant 10/20. L'évaluation globale d'une année ou d'un cycle d'études s'exprime de la même façon, le seuil de réussite étant dans ce cas de 12/20 de moyenne".

Les universités doivent aussi préciser la note globale obtenue par année d'études et/ou par cycle d'études, et enfin, pour permettre aux universités étrangères de comprendre la valeur à donner à ces notes chiffrées, elles doivent :
Transcrire ces notes dans le système de notation ECTS, selon l'échelle de réussite suivante, établie dans la mesure du possible sur plusieurs cohortes d'étudiants : A les 10% meilleurs, B les 25% suivants, C les 30% suivants, D les 25% suivants, E les 10% restants. La note F est utilisée pour les étudiants en échec.