Les Docteurs Honoris Causa de l'ULB

Le 5 mai 2010, à l'occasion de son 175e anniversaire l'ULB honore treize personnalités exceptionnelles:



Françoise Barré-Sinoussi
Voir la vidéo de présentation

Chercheuse en virologie à l'institut Pasteur à Paris, Françoise Barré-Sinoussi est co-récipiendaire - avec Luc Montagnier - du Prix Nobel de physiologie et médecine en 2008 pour la découverte (dès 1983) du virus de l'immunodéficience humaine (VIH) à l'origine du sida. Françoise Barré-Sinoussi dirige l'unité de régulation des infections rétrovirales du département de virologie de l'Institut Pasteur.
Depuis 2007, elle est co-présidente du comité d'éthique de l'Institut Pasteur et très impliquée dans la promotion de l'intégration entre la recherche sur le sida et les actions dans les pays pauvres, via le Réseau international de l'Institut. Elle dirige également le site "Asie du Sud-est" de l'Agence française de recherche sur le sida et les hépatites.



Mario Capecchi
Voir la vidéo de présentation

Né à Vérone (Italie) en 1937, Mario Capecchi émigre aux États-Unis en 1946 avec sa mère rescapée de Dachau. Prix Wolf de médecine en 2003, il reçoit avec Evans et Smithies le Prix Nobel de physiologie et de médecine en 2007, pour avoir identifié les modifications génétiques de lignées de souris par intégration de cellules souches embryonnaires.
Les travaux de Capecchi sur les souris transgéniques ont contribué à la connaissance des fonctions et mécanismes de régulation des gènes, mais aussi à la création de nombreux modèles d'étude de maladies.



Alain Connes
Voir la vidéo de présentation

Né à Draguignan en 1947, Alain Connes fait ses études à l'École normale supérieure (ENS). Dans les années 80, il est directeur de recherche au CNRS et professeur au Collège de France à la Chaire Analyse et Géométrie depuis 1984. Ses travaux de recherche révolutionnent la théorie des algèbres de Von Neumann et résolvent la plupart des problèmes, notamment la classification des facteurs de type III. Ils lui valent la Médaille Fields en 1982, le Crafoord Prize en 2001 et la Médaille d'or du CNRS en 2004.
Alain Connes a largement contribué à la création d'une nouvelle branche des mathématiques : la géométrie différentielle non-commutative. Son travail a permis de donner un cadre mathématique à des problèmes de mécanique quantique et à la théorie de la relativité.



Pierre Deligne
Voir la vidéo de présentation

Né à Bruxelles en 1944, Pierre Deligne est diplômé en mathématiques de l'ULB. Récompensé par la Médaille Fields en 1978 pour sa preuve des conjectures de Weil en géométrie algébrique, il utilise une nouvelle théorie de cohomologie appelée "cohomologie étale" - fondée sur les hypothèses d'Alexandre Grothendieck - qu'il applique avec succès aux conjectures de Weil. Il reçoit également le Prix Crafoord en 1988, le Prix Balzan en 2004, le Prix Wolf en 2008 et le Prix Abel (équivalent du Nobel de mathématiques) en 2013.
Ses travaux concernent aussi la théorie de Hodge, les fonctions modulaires, les conjectures de Langlands et la théorie des représentations. Ils apportent un éclairage nouveau sur la relation entre géométrie algébrique et théorie du nombre algébrique.



Christian de Duve
Voir la vidéo de présentation

Né à Thames-Ditton, près de Londres, en 1917, Christian de Duve est diplômé de l'Université catholique de Louvain en médecine et en chimie. Perfectionnant les techniques de séparation des constituants cellulaires par centrifugation mises au point par Albert Claude, il décrit pour la première fois deux organites cellulaires inconnus jusque là : le lysosome (1955) et le peroxysome dix ans plus tard. Il réussit à montrer que les différentes structures visibles dans les cellules sont des entités fonctionnelles limitées par une membrane et qui concentrent en leur sein des enzymes spécifiques, véritables marqueurs de ces structures.
En 1974, il reçoit - avec Albert Claude et George Emil Palade - le Prix Nobel de physiologie et de médecine pour avoir découvert comment la cellule peut absorber ou détruire les substances - bonnes ou mauvaises - sans altérer son fonctionnement.



Ronald Dworkin
Voir la vidéo de présentation

Philosophe du droit engagé, né à Worcester (États-Unis) en 1931, Ronald Dworkin fait ses études à Harvard et à Oxford en philosophie et en droit. Il travaille pour le célèbre Learned Hand [juge américain défenseur de la liberté d'expression] à la cour d'Appel des Etats-Unis et chez Sullivan et Cromwell. Il enseigne ensuite à Yale, où il occupe la chaire de jurisprudence, puis à Oxford, Londres et New York, depuis la fin de la décennie 70. Riche de sa double formation, il développe sa réflexion en philosophie politique et théorie du droit autour de deux axes majeurs : la place de l'interprétation en droit et la définition d'une forme de libéralisme éthique et politique, en rupture avec l'utilitarisme et le positivisme juridique.
Sa théorie l'amène à prendre position sur des questions politiques importantes telles que la désobéissance civique ou la discrimination positive au profit des minorités défavorisées. Il a reçu en 2007 le Holberg International Memorial Prize.



Gao Xingjian
Voir la vidéo de présentation

Écrivain, traducteur, dramaturge, metteur en scène, critique et artiste, né en 1940 à Gao Ganzhou (province de Jiangxi - Chine), Gao Xingjian, est aujourd'hui citoyen français. Envoyé en camp de rééducation durant la Révolution culturelle (1966-76), Gao Xingjian ne peut rien publier avant 1979. Ses premiers écrits paraissent dans des magazines littéraires en Chine entre 1980 et 1987. Un grand nombre de ses pièces expérimentales et pionnières, inspirées par Brecht, Artaud et Beckett, sont jouées au Théâtre d'art populaire de Beijing.
Condamné durant la campagne contre la "pollution intellectuelle" et suite à la censure qui frappe ses oeuvres, il se réfugie à Paris en 1987. Déclaré persona non grata par le Régime, ses oeuvres sont interdites. Aujourd'hui traduit dans de nombreuses langues et joué partout dans le monde, Gao Xingjian a reçu le Prix Nobel de littérature en 2000 pour "une oeuvre de portée universelle, marquée d'une amère prise de conscience et d'une ingéniosité langagière, qui a ouvert des voies nouvelles à l'art du roman et du théâtre chinois".



David J. Gross
Voir la vidéo de présentation

Né à Washington en 1941, David J. Gross est diplômé en physique et mathématiques de la Hebrew University of Jerusalem. En 1969, il rejoint l'Université de Princeton où il restera 27 ans et travaille sur la théorie des cordes hétérotiques dont il est le co-découvreur avec Harvey,Martinec et Rohm. Avec Politzer et Wilczek, deux de ses anciens étudiants, David Gross a découvert le fonctionnement du noyau des atomes. À trois, ils reçoivent le Prix Nobel de physique en 2004 pour leurs travaux sur les particules fondamentales quarks.
Leur découverte rapproche la physique du rêve d'arriver à formuler une théorie qui engloberait la gravité - une théorie du tout!



Ronald Inglehart
Voir la vidéo de présentation

Né dans le Wisconsin en 1934, Ronald Inglehart se forme aux sciences politiques à l'Université du Michigan. Il dirige le "World Values Survey : un réseau de 180 sociologues effectuant des sondages dans une centaine de pays afin de savoir comment les gens appréhendent le monde. Ronald Inglehart a également analysé les changements culturels et leurs impacts politique et économique lorsque de jeunes populations remplacent les aînés dans la population adulte.
The Silent Revolution traite des changements affectant les sociétés industrielles avancées. Modernisation et Postmodernisation défendent l'idée selon laquelle le développement économique, les changements politiques et culturels vont de paire et sont, dans une certaine mesure, prédictibles. En 2004, il réexamine la thèse de la sécularisation et souligne que la religiosité persiste davantage parmi les populations vulnérables mais constate, paradoxalement, qu'une part de plus en plus grande de la population mondiale passe du temps à réfléchir au sens de la vie et à des préoccupations spirituelles.



Eric Maskin
Voir la vidéo de présentation

Né en 1950 à New York, Eric Maskin fait ses études à Harvard où il décroche un PhD (doctorat) en mathématiques appliquées. Il rejoint Cambridge en qualité de research fellow en 1976 et enseigne au MIT de 1977 à 1984 et à Harvard de 1985 à 2000, où il occupe la chaire d'économie Louis Berkman. En 2000, il entre à l'Institute for Advanced Study de Princeton. En 2007, il reçoit, avec Hurwicz et Meyerson, le Prix Nobel d'économie pour ses travaux basés sur la théorie des jeux, dont les mécanismes peuvent éclairer le fonctionnement des marchés. Connu pour ses positions tranchées anti-brevets logiciels à travers le concept d'innovation incrémentale, ses recherches actuelles concernent la comparaison de règles électorales, l'examen des causes d'inégalité et la formation des coalitions.



Mario J. Molina
Voir la vidéo de présentation

Né à Mexico en 1943, Mario J. Molina se forme au Mexique, en Allemagne et à Paris pour finalement reprendre des études de chimie à Berkeley en 1968. En 1995, il reçoit avec Sherwood Rowland le Prix Nobel de chimie, pour leurs apports dans la compréhension des dommages causés à la couche d'ozone terrestre par les chlorofluorocarbones. Ils montrent que les équilibres chimiques de l'atmosphère peuvent être perturbés par des éléments en quantité infime dans l'air.
En prouvant la responsabilité des polluants d'origine humaine, ils ont contribué, souligne le jury Nobel, à éviter un problème écologique planétaire. Leurs travaux ont donné ses lettres de noblesse à la climatologie.



Edmund Strother Phelps
Voir la vidéo de présentation

Economiste américain reconnu pour ses travaux sur la croissance économique menés à la Yale's Cowles Foundation dans les années 1960, Edmund S. Phelps est notamment célèbre pour avoir introduit - à cette époque - une dimension microéconomique fondée sur les anticipations dans la théorie de la détermination de l'emploi et de la dynamique prix-salaires. Son travail le plus connu est probablement sa théorie du taux de chômage naturel ; initié avec Milton Friedman.
L'académie royale des sciences de Suède a jugé que ses travaux sur les arbitrages de politique économique avaient permis "d'approfondir notre compréhension des relations entre effets à court terme et à long terme" et "de changer notre façon de percevoir l'interaction entre inflation et chômage". Edmund S. Phelps a obtenu le Prix Nobel d'économie en 2006 pour ses recherches sur les arbitrages entre le long et le court terme des politiques macroéconomiques. Ses contributions ont été décisives, tant pour la recherche en économie que pour les politiques économiques.



Rolf Zinkernagel
Voir la vidéo de présentation

Né à Riehen (Suisse) en 1944, Rolf Zinkernagel étudie la médecine à l'Université de Bâle et poursuit des études à Zurich. En 1996, il décroche le Prix Nobel de physiologie et médecine avec Peter Doherty.
Leurs travaux, centrés sur des globules blancs - lymphocytes T cytotoxiques - qui agissent en détruisant les virus et les cellules infectées, aboutissent à la découverte du système de reconnaissance par le système immunitaire des cellules infectées par des virus, parmi les cellules normales.