La charte Qualité

Démarche Qualité à l’ULB

Contexte

Au niveau européen, il y a une volonté de créer un environnement propice à la croissance économique dans lequel les universités sont doublement impliquées à travers la création de la "European Higher Education Area" et la "European Research Area". En effet, dès le début, la déclaration de Bologne a créé le concept d’Assurance Qualité pour l’enseignement supérieur. Cette dimension sera reprise systématiquement dans les appels suivants : Praguepdf (2001), Berlinpdf (2003), Bergenpdf (2005), Londres (2007), Leuven/Louvain-la-Neuvepdf (2009), Budapest – Vienne (2010), Bucarestpdf (2012) et dans celui Yerevanpdf (2015). A Bergen, le Conseil des ministres affirme que les "établissements [d’enseignement supérieur] devraient avoir une politique et des mesures correspondantes pour l’évaluation de leurs programmes et des qualifications délivrées du point de vue de la qualité et du respect des normes. Ils devraient également s’engager explicitement à développer une culture qui reconnaît l’importance de la qualité et de l’évaluation dans leurs travaux". Le même Conseil des ministres crée l’European Association for Quality Assurance in Higher Education ( ENQA ), Agence Européenne de la Qualité de l’Enseignement Supérieur. Celle-ci a publié les lignes directrices du management de qualité ou "European Standards and Guidelines". Ces derniers sont actuellement en cours de révision .

Par ailleurs, dans la filiation de la déclaration de Lisbonne (société de la connaissance), le Conseil des ministres est également préoccupé par la qualité de la recherche et de l’éducation tout au long de la vie. Pour développer ce dernier aspect, il propose un cadre européen des qualifications : le European Qualifications Framework ( EQF ). Ce cadre doit servir d’outil de comparaison des qualifications dans le but de favoriser la mobilité sociale et géographique des travailleurs. Le cadre est rédigé en "learning outcomes" et est décliné en huit niveaux de compétences. Des discussions sont en cours pour aller vers un cadre européen de certification.

Par décret du 14 novembre 2002, la Fédération Wallonie–Bruxelles crée "l’Agence pour l’Evaluation de la Qualité de l’Enseignement Supérieur" ( AEQES ). Ce décret a été modifié le 22 février 2008 suite aux recommandations formulées lors de l'évaluation de l'Agence par l' ENQA . L'Agence est membre de l' European Quality Assurance Register for Higher Education ( EQAR ) depuis 2012

Notion Qualité

L'ULB développe une vision de la qualité basée sur une culture partagée. Il s'agit de coordonner et d'encourager par un soutien logistique des initiatives en la matière, librement choisies ou contraintes. A l'ULB la qualité s'illustre de la façon suivante :

  • un axe pragmatique, c'est-à-dire encourager les pratiques réflexives et les échanges de bonnes pratiques existantes ;

  • un axe évaluatif à visée formative ou certificative, en ce compris le suivi des évaluations ;

  • un axe prospectif d'encouragement et soutien à des projets "qualité" ;

  • un axe participatif : mobilisation régulière des acteurs universitaires autour de réflexions et de projets dans les différents organes de représentation de l'Université.

La Culture qualité à l'ULB tient compte de la demande sociale et de la politique publique tout en s'appuyant sur des valeurs partagées de ce qui est perçu comme "le bien commun" pour l'institution. D’où la nécessité de la penser en termes à la fois pragmatique, éthique et stratégique.