fermerclose

Docteur en psychologie, Jennifer Foucart enseigne en tant que chargée de cours à la Faculté des Sciences de la motricité, Laboratoire de psychophysiologie de la motricité. Elle est également directrice de la recherche pour la Haute Ecole Libre de Bruxelles – Ilya Prigogine. Ses domaines d’expertise et de recherche sont la psychologie du sport y compris les addictions dans le sport, les troubles alimentaires, l’étude du développement psychomoteur normal et pathologique de l’enfant et la communication dans les relations de soins.


Jennifer.Foucart@ulb.ac.be

fermer la fenêtre
English version
Retour aux 12 mois, 12 experts




Experts pour la presse:

Cliquez ici et découvrez des experts de l'ULB, à propos des jeux olympiques, du sport, du dopage, du Brésil, ...

Tous les experts pour les 12 événements de l'année

Août 2016 - Jeux Olympiques de Rio

Jennifer Foucart, unité de recherche Psychophysiologie de la motricité


Jennifer Foucart, les JO de Rio ont été qualifiés de "pires" du point de vue du dopage. Pourquoi?

On attendait de ces JO qu’ils soient propres comme le Comité international olympique l’avait proclamé. Or, de nombreux dysfonctionnements sont apparus: manque de personnel tout d’abord pour encadrer les contrôles anti-dopage; failles dans le système de détection ensuite – on a notamment observé que des personnes étrangères étaient entrées dans des zones de test -; le laboratoire d’analyses interdit par l’Agence mondiale antidopage (AMA) a pourtant retrouvé son accréditation in extremis; etc. Ces différents manquements ont d’ailleurs amené l’AMA à réclamer une enquête indépendante.

Au final, on a cité 12 cas contrôlés positifs et une médaille retirée, celle d’un haltérophile, contrôlé positif à la strychnine. Les Jeux de Rio ont aussi été émaillés des disqualifications de plusieurs sportifs, suite à des contrôles positifs lors des JO de… Pékin (2008) ou de Londres (2012).


Devons-nous en déduire que sport et dopage sont intrinsèquement liés?

Oui, je crains que tant qu’il y aura de la compétition, il y aura du dopage. A chaque événement sportif, nous attendons des exploits; il y a une pression immense sur les sportifs. On finit par oublier que le sport est un plaisir à partager avant d’être une compétition à remporter.

Or, les performances ne sont pas illimitées: on peut encore améliorer un peu les équipements, les entrainements ou l’alimentation, par exemple, mais le corps humain arrive à ses limites: nous ne pourrons pas aligner de nouveaux records indéfiniment! Certains voient alors dans le dopage une manière d’améliorer leurs performances malgré tout. C’est d’autant plus répandu que notre société banalise l’idée selon laquelle on a besoin d’une aide pour mieux fonctionner.


Le dopage est-il limité aux professionnels ou au contraire, les sportifs du dimanche sont-ils également concernés?

Cette idée de prendre une aide pour être meilleur, elle est en effet répandue chez les amateurs et même en dehors du sport: ce sont les suppléments vitaminés ou les boissons énergisantes qu’on prend en période de blocus, par exemple. Ce sont aussi les protéines en poudre ou les aides médicamenteuses autorisées qu’on vous conseille dans des clubs sportifs.

Selon une étude menée aux Etats-Unis, 5 à 15% des sportifs amateurs adultes se dopent et 3 à 5% des enfants! Selon une autre étude, 2,7% des enfants âgés de 9 à 13 ans consomment des stéroïdes anabolisants: ce ne sont pas eux qui ont décidé d’en prendre bien sûr, mais leur entourage qui leur a donné, parce que la société banalise l’idée d’un produit pour mieux fonctionner. Or, on sait qu’au-delà des effets secondaires directs, le dopage a d’autres effets indésirables et est notamment un des déterminants à la toxicomanie.


Le sport lui-même peut-il devenir une addiction?

Oui, la pratique sportive intensive peut dériver vers un comportement de type addictif. Les sportifs sont constamment en mouvement; lorsqu’ils arrêtent l’activité physique, ils peuvent rapidement présenter des symptômes de manque tels qu’insomnie, irritabilité, réduction de l’appétit, etc. Certains d’entre eux compensent alors le manque en tombant dans la toxicomanie. Selon des études, 15% des toxicomanes seraient des ex-sportifs de haut niveau.

La pratique sportive est certes favorable à la santé physique et psychique mais pour autant qu’on ne veuille pas en faire trop et constamment repousser ses limites. Comme souvent, le mot-clef est modération.

Rappelez-vous

Vendredi 5 août

Cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques de Rio.

Pendant plus de deux semaines, les compétitions vont s’enchaîner; quelque 10.500 athlètes rivaliser; les records s’afficher… alors que le Comité international olympique, CIO multiplie les annonces de cas de dopage concernant les médaillés des jeux olympiques de 2008 et 2012.

On nous annonce des JO de Rio propres; pourtant, un spécialiste de l’antidopage confie au quotidien britannique The Telegraph, "Ce sont les pires Jeux que j’ai vus".