Certificat d'Université en Bioéthique

Accéder aux sections de la fiche

Call to actions

  • Intitulé du programme
    Certificat d'Université en Bioéthique
  • mnémonique du programme
    FC-399
  • Programme organisé par
    • ULB Formation continue
    • Faculté de Lettres, Traduction et Communication
  • Type de titre
    formation continue
  • Secteur et domaine d'études
    Sciences humaines et sociales/Philosophie
  • Accessible en reprise d'études
    oui
  • Durée de la formation
    longue (plus de 15 jours)
  • Catégorie / Thématique
    Sciences humaines et sociales - Philosophie/Sciences humaines et sociales - Sciences politiques et sociales

Détails

Informations générales

Type de titre

formation continue

Durée de la formation

longue (plus de 15 jours)

Catégorie(s) - Thématique(s)

Sciences humaines et sociales - Philosophie/Sciences humaines et sociales - Sciences politiques et sociales

Faculté(s) et université(s) organisatrice(s) Accessible en reprise d'études

oui

Présentation

MODULE 1

Bioéthique (Marie-Geneviève Pinsart)

Explorer certains domaines de la bioéthique afin de préparer les étudiants à participer à des débats éthiques dans leur milieu professionnel. Connaître les champs d'investigation, les courants théoriques principaux et les ouvrages de référence de la bioéthique ; apprendre à définir et à appliquer une méthodologie dans un contexte de réflexion transdisciplinaire ; analyser de manière approfondie une question bioéthique dans un domaine particulier.

Etude de cas dans le domaine de l'éthique appliquée et de la laïcité (Pierre Daled)

Apprendre, à partir de l’étude de cas concrets, à aborder de manière critique des débats éthiques se posant dans nos sociétés laïcisées à l’aide de différentes notions éthiques, philosophiques et épistémologiques susceptibles d'y répondre : qu’est-ce qu’être « normal » au XXIème siècle face à l’impulsion des technosciences et à la possible amélioration de l’être humain ? Le « normal » est-il un jugement de valeur ou de réalité ? Corrélativement, que serait un monstre pour la bioéthique du XXIème siècle ? La normalité d'aujourd'hui est-elle en train de devenir le handicap de demain ?

Philosophie des sciences cognitives (Jean-Noël Missa & Alex Cleeremans)

L’esprit est-il une « propriété » du cerveau ? Peut-on imaginer construire un cerveau artificiel ? Qu’est- ce que la conscience ? Quel effet cela fait-il d’être une chauve-souris ? C’est à ce genre de questions que s’intéressent plusieurs disciplines regroupées sous le nom de « Sciences Cognitives ». L’objet du cours est d’explorer les fondements, les méthodes, et les enjeux qui sont au coeur de ces nouvelles sciences de l’esprit : Psychologie Cognitive, Intelligence Artificielle, Philosophie de l’Esprit, Neurosciences, Linguistique, Epistémologie.

MODULE 2

Bioéthique et droit (Nicole Gallus)

Fournir la connaissance permettant de comprendre clairement les questions actuelles où la bioéthique rencontre le droit, national ou international.

Ethique de la recherche (Pierre Daled)

Initier aux normes éthiques de la recherche technoscientifique et à ses concepts philosophiques fondamentaux via l’histoire de la méthodologie expérimentale (animale, humaine) – vivisection, essais pré-cliniques et cliniques, essai contrôlé randomisé, en double insu, contre placebo, etc.

Calendrier & inscriptions

Calendrier & inscriptions

Renseignements complémentaires

Le Certificat en bioéthique, par la valorisation de ses ECTS, peut diriger vers le Master en éthique à finalité éthique appliquée de la Faculté de Philosophie et Lettres de l’ULB, sous réserve de la décision du Jury de la Filière d’éthique quant à cet accès.

Programme

Le certificat comprend 5 cours, répartis en deux modules :

MODULE 1

Bioéthique (Marie-Geneviève Pinsart)

Séminaire de recherche analysant les grandes orientations de la bioéthique depuis son origine à partir d’un fil conducteur thématique : procréation médicalement assistée, fin de vie, génétique, expertise au sein d'un comité de bioéthique, éthique narrative, éthique transhumaniste, neuroéthique, nanotechnologie…

Etude de cas dans le domaine de l'éthique appliquée et de la laïcité (Pierre Daled)

Analyse des concepts fondamentaux – tant en sciences qu’en médecine, en droit, en psychologie, etc. – de normal, de pathologique, de santé, de maladie, d’erreur, d’anomalie à partir de l'œuvre de l’épistémologue et médecin français Georges Canguilhem (1904-1995) – Essai sur quelques problèmes concernant le normal et le pathologique (1943).

Confrontation de la thèse « évaluative » de Canguilhem à la thèse « positiviste » de l'identité du normal et du pathologique, aux variations quantitatives près, de Claude Bernard (1813-1878) et à la théorie contemporaine du naturalisme biostatistique et fonctionnaliste du philosophe américain Christopher Boorse.

Philosophie des sciences cognitives (Jean-Noël Missa & Alex Cleeremans)

Introduction : « Mind as machine » ; Les fondements de l’approche computationnelle ; Métaphores de l’Esprit I : L’Intelligence Artificielle ; La psychiatrie biologique est-elle une discipline scientifique ? ; Métaphores de l’esprit II : Les fondements de l’approche connexionniste ; Métaphores de l’Esprit II : Les implications de l’approche connexionniste ; Des rapports du cerveau à l’esprit et de la conscience artificielle ; Comment devenir plus intelligent grâce à la neuroamélioration ; La neuroéthique peut-elle nous rendre meilleurs ? ; Théories computationnelles de la Conscience ; Que peut-on espérer de la neurophilosophie ?

MODULE 2

Bioéthique et droit (Nicole Gallus)

Analyser les interférences réciproques entre la loi, les sciences médicales, la recherche scientifique et l'expérimentation. Observer d'un point de vue pluridisciplinaire des questions touchant à la dignité humaine et au respect des droits de l'homme dans les étapes successives de vie, de la conception à la mort. La recherche, également pluridisciplinaire, vise à développer la théorie d'un libre penseur au sujet des aspects légaux de ces problèmes.

Ethique de la recherche (Pierre Daled)

Primo, à partir de questions d’actualité (arbre transgénique, transgénèse animale, etc.), réflexion sur le rôle déterminant des technosciences : tout ce qui est techniquement possible est-il pour autant éthiquement permissible ?Confrontation entre la thèse « bioconservatrice » et « technophobe » de la « fin de l’histoire » (Fukuyama) et celle dufutur « technophile » de l’humanité (Hottois).

Secundo, analyse des notions et des théories éthiques mobilisées par l’expérimentation animale : santé, bien-être, intégrité, naturalité ; droits des animaux (Regan), principe des trois R (Russell & Burch), spécisme et utilitarisme (Singer), etc.

Tertio, à partir de questions d’actualité (expérimentation sans consentement, désir d’un handicap, apotemnophilie, etc.), analyse des notions éthiques et philosophiques mobilisables face à l’expérimentation humaine et l’auto-expérimentation : autonomie selon Kant (devoirs envers soi-même) et selon Mill (rapport à soi moralement indifférent) ; consentement (Code de Nuremberg) ; tort, dommage, anomalie « objective » (Mauron).

Quarto, extension des réflexions sur les notions d’autonomie, de consentement, de tort, d’anomalie à des questions sociétales contemporaines telles que le choix individuel d’une éthique de l’amélioration ou d’une éthique de la vulnérabilité, le droit de propriété de son corps (libertarisme, Nozick) ou la possibilité d’aliéner sa propre liberté (Marzano, Iacub).