Ecole doctorale francophone d'été en études genre - BRULAU

Accéder aux sections de la fiche

Call to actions

  • Intitulé du programme
    Ecole doctorale francophone d'été en études genre - BRULAU
  • mnémonique du programme
    FC-590
  • Programme organisé par
    • ULB Formation continue
    • Faculté de Philosophie et Sciences sociales
  • Type de titre
    formation continue
  • Accessible en reprise d'études
    oui
  • Langues d'enseignement
    français
  • Durée de la formation
    courte (2 à 5 jours)
  • Campus
    Solbosch
  • Catégorie / Thématique
    Sciences humaines et sociales - Sciences politiques et sociales

Détails

Informations générales

Type de titre

formation continue

Durée de la formation

courte (2 à 5 jours)

Langue(s) d'enseignement

français

Campus

Solbosch

Catégorie(s) - Thématique(s)

Sciences humaines et sociales - Sciences politiques et sociales

Faculté(s) et université(s) organisatrice(s) Accessible en reprise d'études

oui

Tarif

175€

Le BRULAU est l’école doctorale internationale francophone d’été en études genre, organisée par le Centre d’Études Genre (CEG) de l’UNIL et la Structure de recherche interdisciplinaire sur le genre, l’égalité et la sexualité (STRIGES) de l’ULB. S’adressant aux doctorant·e·s de toutes les disciplines en sciences humaines souhaitant renforcer leur formation en études genre, le BRULAU offre une semaine de formation interdisciplinaire, interactive et personnalisée avec des enseignant·e·s reconnu·e·s internationalement. Il offre un encadrement adapté tant aux doctorant·e·s au début de leur formation qu’à celles et ceux plus avancé·e·s dans leur démarche de recherche. Le BRULAU est organisé chaque année, en alternance entre l’ULB et l’UNIL. L'édition 2020 se déroulera à Lausanne. 
Affiche Brulau 2019

Le Brulau en vidéo

Partenaires

Logo Université de Lausanne

Présentation

Les objectifs de l’école sont les suivants :

- éprouver l’interdisciplinarité propre aux études sur le genre;
- approfondir les connaissances et réflexions tant théoriques que méthodologiques;
- échanger avec des chercheur·e·s plus expérimenté·e·s;
- participer à un réseau de jeunes chercheur.e.s francophones à l’échelle internationale;
- valoriser sa recherche dans le monde académique et au-delà.

Cette école doctorale internationale francophone d'été en études genre s'adresse aux doctorant.e.s dans toutes les disciplines des sciences humaines à tous les niveaux d'avancement de leur démarche doctorale.

Les activités se déroulent en français et se déclinent en quatre formats : des grandes conférences, des ateliers du genre, des séances de mentorat « en tête à tête » et des sessions professionnelles.

Les grandes conférences réunissent des expert·e·s reconnu·e·s sur des sujets d’actualité dans les études genre francophones.

Les ateliers du genre constituent le cœur de l’école doctorale. Ils permettent à chaque participant·e de bénéficier d’une discussion en profondeur d’un écrit remis préalablement. Chaque discussion, d’une durée de 45 minutes, se déroule en petit groupe sous la direction d’un·e expert·e reconnu·e internationalement. Les doctorant·e·s en début de thèse peuvent remettre un projet de thèse, mais il est préférable d’envoyer un écrit de recherche : une communication à présenter à un colloque, un article scientifique ou un chapitre d’ouvrage en cours d’élaboration ou un chapitre de thèse encore en écriture. Une fois le programme arrêté, les participant·e·s devront choisir les ateliers auxquelles elles/ils participeront comme auditeur·rice. Tout.e.s les participant·e·s à un atelier doivent lire les textes proposés. Le contenu des ateliers sera donc précisé en fonction des papiers de recherche soumis par les différents participants.

Les séances de mentorat permettent aux participant·e·s d’échanger en tête à tête avec les enseignant·e·s présent·e·s moyennant inscription préalable et durant un temps limité (10 minutes). Ces sessions "speed dating" permettront aux participant·e·s de bénéficier d’un suivi personnalisé et de poser leurs questions dans un cadre plus individualisé.

Les sessions professionnelles offrent des tables rondes sur des thèmes d’intérêt général pour tout·e doctorant·e en études genre.

Evaluation
Une attestation de réussite (5 crédits) pourra être délivrée à l’issue de la formation selon les modalités d'évaluation suivantes: rédaction et soumission à l’avance d’un papier de recherche qui sera discuté pendant l’école doctorale, lecture préalable et discussion des papiers des autres doctorant·e·s, participation aux activités pendant l’école doctorale. Le jury de délibération décidera de l’attribution des crédits. Il sera de la responsabilité des participants de faire reconnaître ces crédits par leur institution d'origine.

Organisation
Le BRULAU 2019 est organisé par Aurélie Aromatorio (ULB), Isabel Boni-Le Goff (UNIL), Aurélie Bouvart (ULB), Lynn Bruyère (ULB), Vincent Chapaux (MSH - ULB), Sébastien Chauvin (UNIL), Agnès Chetaille (ULB), Anne-Sophie Crosetti (ULB), David Paternotte (ULB), Valérie Piette (ULB), Lucile Quéré (UNIL) et Marta Roca i Escoda (UNIL).

Calendrier & inscriptions

Pré-requis

Etre en doctorat et travailler sur des questions de genre. Les candidatures seront examinées sur base du dossier d’admission.

Calendrier & inscriptions

Renseignements complémentaires

Bourses
L'équipe du BRULAU soumettra à l'administration publique chargée des relations internationales Wallonie-Bruxelles (Wallonie Bruxelles International - WBI) des demandes de prise en charge de séjour (voyage, logement, frais de visa, etc...) pour les participant.e.s du Sud. Les personnes intéressées et souhaitant postuler sont invitées à contacter Vincent Chapaux (vchapaux@ulb.ac.be).

NB - Les dossiers seront à déposer pour le 15 janvier 2019. Les lauréat.e.s seront informé.e.s du résultat de leur candidature au plus tard le 15 mars 2019. A qualité égale, une préférence sera donnée aux dossiers de personnes résidentes dans les pays prioritaires de coopération définis par WBI (Bénin, Burkina-Faso, Burundi, Guinée-Conakri, Haïti, Maroc, Palestine, République Démocratique du Congo, Rwanda, Sénégal, Tunisie).

Hébergement
Il est recommandé aux candidat.e.s sélectionné.e.s de prévoir leur hébergement dès que possible. Des places ont été pré-réservées en nombre limité dans une auberge de jeunesse du centre ville. Pour plus d'informations, merci de contacter summerschool@ulb.ac.be. Des informations sur les possibilités d'hébergement à Bruxelles sont également disponibles sur demande.

Garde d'enfants
Un service de babysitting pour les enfants de 1 à 3 ans peut être mis en place. Pour plus d'informations, merci de contacter summerschool@ulb.ac.be.

Programme

  • Lundi 10 juin 2019

    14h-15h : Accueil et retrait des inscriptions
    15h-16h : Présentations des participant·e·s
    16h-16h30 : Café et thé

    16h30-19h : Grande conférence 1 "A quoi sert le sexe?"
    Présidence : Valérie Piette (ULB)
    Intervenant: David Halperin (University of Michigan)
    Le sexe a-t-il une finalité érotique ? Avance-t-il le but de l’amant ?
    Le sexe est-il ce que recherche réellement l’amant ? Les plus grands philosophes de l’antiquité classique affirment l’inverse.
    Selon ceux-ci, l’amour n’a pas pour objectif le sexe ou ne cherche pas à s’exprimer à travers le sexe. Au contre, c’est le sexe qui viserait l’amour. David Halperin examine cet argument et le met en lien avec des formes d’érotisme gai contemporain.

    18h30 : Ouverture par les autorités académiques et réception d'ouverture

  • Mardi 11 juin 2019

    9h30-11h : Atelier du genre 1
    11h-11h30 : Café et thé
    11h30-13h : Atelier du genre 1
    13h-14h30 : Pause de midi
    14h30-15h30 : Tête à tête 1
    15h30-16h : Café et thé

    16h-18h : Session professionnelle 1 " "Données", anonymisation et confidentialité: la recherche en études genre face aux transformations des enjeux éthiques"
    Présidence : Marta Roca i Escoda (UNIL)
    Intervenant-e-s: Agnès Chetaille (ULB), Jean-Louis Genard (ULB), Olivier Klein (ULB), Marta Roca i Escoda (UNIL)
    Cette table ronde propose de traiter des enjeux éthiques relatifs à l’usage des « données » empiriques dans les activités de recherche, depuis le recueil des informations jusqu’à leur stockage et leur restitution. Les méthodologies et épistémologies féministes, comme les études de genre et attentives aux rapports de pouvoir plus largement, ont toujours donné une place importante à l’éthique et la réflexivité dans le rapport entre enquêteur·ice et « enquêté·e·s ». Les questions du consentement des participant·e·s à une recherche, de leur protection, de la confidentialité et de l’anonymat sont classiques pour tou·te·s les chercheur·e·s travaillant à partir de sources nominatives et connaissent actuellement d’importantes reformulations.

    19h-21h : Balade féministe de Bruxelles (sur inscription)

  • Mercredi 12 juin 2019

    9h-11h30 : Grande conférence 2 "Genre et colonisation: histoire et héritages"
    Présidence : Maurice Deffo (ULB, Université de Douala)
    Intervenant-e-s: Sarah Demart (Université Saint-Louis), Amandine Lauro (FNRS-Université Libre de Bruxelles), Rose Ndenge (Université Paris-Diderot), Jialin Christina Wu (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
    Les femmes et le genre ont longtemps été peu visibles dans le champ de l'histoire de la colonisation. Le renouvellement historiographique récent des études (post)coloniales, y compris dans l'espace francophone, et la part qu'il a pu réserver aux questions de genre, a cependant révélé des perspectives fécondes, qui interrogent les modes d'appréhension et d'écriture de l'histoire du genre comme de l'histoire de la colonisation (et de ses héritages, matériels et symboliques). A travers différents prismes disciplinaires et thématiques, et depuis différents ancrages chronologiques et géographiques, cette session évoquera la diversité des questionnements et le dynamisme de ce champ de recherches.

    11h30-12h: Café et thé
    12h-13h : Tête à tête 2
    13h-14h30 : Pause de midi
    14h30-16h : Atelier du genre 2
    16h-16h30 : Café et thé
    16h30-18h : Atelier du genre 2

    19h-21h : Visite décoloniale de Bruxelles (sur inscription)

  • Jeudi 13 juin 2019

    9h30-11h30 : Grande conférence 3 "Le genre de la violence"
    Présidence : Sébastien Chauvin (UNIL)
    Intervenant-e-s: Annalisa Casini (UCL), Pauline Delage (CNRS), Laurence Rosier (ULB)
    Intervention de Pascale Delcomminette (Administratrice générale de Wallonie-Bruxelles International)
    Quel est le rapport entre le genre comme système d’inégalité et les violences concrètes auxquelles il donne lieu, dans le couple comme dans la société ? La construction asymétrique du féminin et du masculin se traduit-elle par des rapports contrastés à la violence en fonction du sexe ? Comment la violence physique est-elle prescrite aux hommes et interdite aux femmes ? Les différentes formes de violence masculine expriment-elles différents types de sexisme ? Enfin, qu’est-ce qui fait le poids des mots du sexisme et comment la violence symbolique se trouve-t-elle reconfigurée à l’ère du numérique ? A partir de leurs travaux en sociologie, psychologie sociale et linguistique, les intervenantes de cette grande conférence reviendront sur les débats qui nourrissent l’analyse critique des ramifications interactionnelles du patriarcat.

    11h30-12h : Café et thé
    12h-13h : Tête à tête 3
    13h-14h30 : Pause de midi
    14h30-16h : Atelier du genre 3
    16h-16h30 : Café et thé
    16h30-18h : Atelier du genre 3

    19h-23h: Soirée festive, Le Space

  • Vendredi 14 juin 2019

    10h-12h : Grande conférence 4 "Travail et discriminations"
    Présidence : Isabel Boni-Le Goff (UNIL)
    Intervenant-e-s: Line Chamberland (UQAM), Nouria Ouali (ULB), Pascale Vielle (UCL)
    Au cours des dernières décennies, la croissance du travail féminin rémunéré a contribué aux transformations des marchés du travail mais cette dynamique a peu fait évoluer la situation en matière d’inégalités et de discriminations de genre. Plus encore, en introduisant une perspective intersectionnelle, les travaux récents dressent un tableau très contrasté, soulignant l’amplification des inégalités et des asymétries entre femmes, en fonction de leur situation dans les rapports sociaux de classe, de race et ethnicité, d’âge, de leur orientation sexuelle ou de leur statut migratoire.
    Comment les marchés et les organisations de travail participent-ils activement à la fabrique des inégalités et à la reproduction des rapports sociaux ? Quelles formes prennent les régimes d’inégalités contemporains dans les mondes du travail ? Comment le droit s’est-il saisi de ces questions ? Avec quelles perspectives de changement social ?
    Dans cette grande conférence, des spécialistes de la sociologie et du droit offrent des éclairages complémentaires sur ces questions et leurs enjeux.

    12h-13h : Pause de midi

    13h-16h : Session professionnelle 2 "Défendons les études de genre: stratégies de défense verbale en contexte hostile"
    Intervenante: Irène Zeilinger (Garance/ULB)
    Si les études de genre ont gagné du terrain dans le monde académique francophone ces dernières décennies, elles font aussi l’objet de résistances parfois virulentes. Dans cet atelier, nous développerons ensemble, à partir d’expériences vécues, des stratégies et outils communicatifs pour faire face aux attaques qui décrédibilisent, déconsidèrent ou déforment votre travail parce qu’il se positionne sur des questions de genre. Que ce soit face à un.e promoteur.trice, un.e participant.e à un colloque ou un.e journaliste, vous avez la possibilité de réagir!
    L’atelier sera animé par GARANCE, association bruxelloise qui développe depuis plus de quinze ans des outils d’autodéfense et de défense verbale à l’adresse de groupes victimes de violences.