1. Accueil
  2. FR
  3. Étudier
  4. Offre de formation

Master : ingénieur civil biomédical

  • année académique
    2019-2020
Master : ingénieur civil biomédical

Accéder aux sections de la fiche

Call to actions

  • Intitulé du programme
    Master : ingénieur civil biomédical
  • mnémonique du programme
    MA-IRCB
  • Programme organisé par
    • École polytechnique de Bruxelles
  • Type de diplôme
    Masters 120 crédits
  • Cycle
    2e cycle
  • Secteur et domaine d'études
    Sciences et techniques/Sciences de l'ingénieur et technologie
  • Type d'horaire
    En journée
  • Langues d'enseignement
    français
  • Durée théorique de la formation
    2 ans
  • Campus
    Solbosch
  • Catégorie / Thématique
    Sciences et techniques - Sciences de l'ingénieur et technologie
  • Président du jury
    Pierre-Etienne LABEAU
  • Secrétaire du jury
    Simon-Pierre GORZA

Détails

Informations générales

Type de diplôme

Masters 120 crédits

Durée théorique de la formation

2 ans

Langue(s) d'enseignement

français

Type d'horaire

En journée

Campus

Solbosch

Catégorie(s) - Thématique(s)

Sciences et techniques - Sciences de l'ingénieur et technologie

Faculté(s) et université(s) organisatrice(s)
Infor-études

Réussir ses études

L'Université vous accompagne grâce à une multitude d'activités et de ressources qui vous aideront, avant ou pendant vos études, à élaborer votre stratégie de réussite.

Avant votre arrivée à l'ULB, facilitez votre transition vers l'enseignement supérieur grâce à des cours prépas, des cours d'été, des ateliers d'information et d’orientation.

Pendant vos études, de nombreuses personnes s'occupent de soutenir votre réussite: encadrants en faculté, guidances (inter)facultaires, tuteurs et experts en méthodologie universitaire.

Présentation

L’ingénieur civil biomédical, grâce à son profil multidisciplinaire unique, à la croisée du monde biomédical et de l’ingénierie, est capable de concevoir et de mettre en œuvre des équipements répondant aux contraintes complexes de la technologie et du vivant. L'ingénieur civil biomédical joue un rôle fondamental dans la synthèse des approches scientifiques et technologiques du monde de l'ingénieur et du monde biomédical. Cette formation polyvalente trouve ses justifications dans l'évolution constante des technologies médicales relevant de secteurs tels que la biomécanique, l'instrumentation ou l'imagerie biomédicales. Le génie biomédical est donc un domaine d’avenir, supportant le développement d’une industrie innovante, nourrie par les sciences de la vie et de la santé.

La formation de l’ingénieur civil biomédical s’oriente dans les trois domaines privilégiés suivants:

1. La biomécanique

2. L’instrumentation biomédicale

3. L’imagerie et informatique biomédicales

Le volet « biomécanique » insiste sur les aspects liés à la conception, au choix des matériaux et à la fabrication des prothèses, d’instruments microchirurgicaux et de dispositifs implantables, ainsi que sur l’analyse mécanique des systèmes biologiques tels que le système musculo-squelettique avec et sans prothèse.

Le volet « instrumentation biomédicale » se rapporte à l’élaboration de capteurs et de stimulateurs, essentiellement par l’électronique et la micro-électronique analogiques et numériques, pour la réalisation de dispositifs médicaux, implantables ou non.

Le volet « imagerie et informatique biomédicales » insiste sur les aspects liés à l'acquisition, au traitement, à la validation et à l'interprétation des données biomédicales. Les différents systèmes d'imagerie moderne sont étudiés et les images produites sont exploitées dans divers domaines, tels l'aide au diagnostic, le planning chirurgical ou la navigation opératoire.

Quels que soient les domaines de l’ingénierie biomédicale, l’avenir appartient aux équipes multidisciplinaires. L’ingénieur civil biomédical a donc un rôle fondamental à jouer dans la synthèse des approches scientifiques et technologiques du monde biomédical et du monde de l’ingénieur.

profil d'enseignement M-IRCBS

Le programme alterne les différentes méthodes d'enseignement (du cours magistral à l'apprentissage par projet), en laissant une très grande place –environ la moitié du temps– aux séances d'exercices et de laboratoires, ainsi que les visites en entreprise ou centre de recherche.

Afin de favoriser simultanément le développement personnel et le travail en équipe durant les cinq années d’études, un accent tout particulier est mis sur l’enseignement par projets transdisciplinaires, faisant appel à l’ensemble des matières enseignées, tant biomédicales que dans le domaine de l’ingénieur.

Les projets ont lieu en MA bloc 1 et sont orientés dans l’un des domaines privilégiés de la formation. Il s’agit soit d’un projet de conception assistée par ordinateur ayant trait à la biomécanique ou à l’instrumentation, soit d’un projet d’imagerie biomédicale. En alternative, les étudiants ont aussi accès, sur sélection, à un projet biomédical en coopération au développement ou au projet « chef d’équipe ».

En dernière année, en plus du mémoire de fin d’études où l’étudiant doit développer une question relevant de sa spécialité, le cursus permet la réalisation d’un stage de longue durée. Ce stage s’effectue en milieu hospitalier ou en entreprise, en Belgique ou à l’étranger, plongeant ainsi l’étudiant ingénieur civil biomédical dans l’environnement qu’il est susceptible de rencontrer dans l’exercice de son futur métier.

Née de la demande de plus en plus croissante d’ingénieurs capables de comprendre, d’interpréter et de matérialiser les besoins techniques du monde médical, la formation d’ingénieur civil biomédical est la plus « jeune » parmi celles proposées aux étudiants ingénieurs civils, la première promotion datant de juillet 2007. Cette formation scientifique de haut niveau allie les compétences traditionnelles de l’ingénieur aux connaissances en sciences biomédicales.

Cette formation est accréditée par la Commission des Titres d'Ingénieur (conjointement avec l'Agence pour l'Evaluation de la Qualité de l'Enseignement Supérieur) et a reçu le label EUR-ACE.

Se former à l'ingénierie et au domaine biomédical à l'ULB garantit une formation pluridisciplinaire au plus haut niveau. L'intégration de compétences multiples est primordiale pour la conception et la mise en œuvre d'équipements biomédicaux qui répondent aux contraintes complexes de la technologie et du vivant.

Echanges

La possibilité de réaliser des échanges à l'étranger est offerte aux étudiants en MA (d'une durée d'un quadrimestre ou d'une année complète), via un programme Erasmus ou d'autres programmes d’échange.

Stages

En MA bloc 2, les étudiants ont, de plus, la possibilité d’effectuer un stage d’immersion professionnelle de minimum 12 semaines. Le stage permet à l’étudiant de se confronter activement au monde professionnel et d’acquérir une première expérience ainsi que des compétences d’ingénierie en situation réelle. Le stage se déroule dans une entreprise ou un service hospitalier en Belgique ou à l’étranger. Il peut aussi se dérouler dans un groupe de recherche universitaire, mais uniquement à l’étranger.

Exemples de lieux de stages

En entreprise : Baxter, Biocartis, Cardiatis, Cardio3, Centexbel, Cochlear, Endo Tools Therapeutics, Euranova, IBA, IMEC, Inoue, Intuitim, Johnson & Johnson Medical, Kisano, Materlialise, Medisoft, MedPole, Mobelife, Siemens, Synergia Medical, Volcano, 3Win…

En milieu hospitalier : Hôpital Erasme, Hôpital Brugmann, Institut Jules Bordet

A l’étranger (en entreprise, hôpital ou groupe de recherche universitaire) : Brain Innovation (Maastricht, Hollande), Withings (Paris, France), Image Guided Therapy (Pessac, France), Alfred Hospital (Melbourne, Australie), Hôpital de la pitié Salpêtrière (Paris, France), Harvard University (Cambridge, USA), University College London (Londres, UK)

Partenariats

La formation d’ingénieur civil biomédical bénéficie d’un partenariat important avec la Faculté de médecine et les hôpitaux associés à l'ULB qui disposent d'un équipement technologique de pointe. Différents professeurs de cette faculté enseignent aux étudiants les compétences nécessaires en Sciences biomédicales, via des cours qui leur sont spécifiquement dédiés.

D’autre part, notre formation bénéficie de collaborations étroites avec différentes universités du pays (la Vrije Universiteit Brussel, l’Université catholique de Louvain et l’Université de Liège), permettant ainsi d’élargir l’offre de cours. Les étudiants participent notamment à différentes journées thématiques (5 crédits) : les Biomedical Days (trois journées de conférences présentées par un panel d’orateurs principalement industriels, proposées conjointement avec l’UCL et l’ULg), le National Day on Biomedical Engineering – incluant une « job fair » biomédicale –, et l’European Course on Laparoscopic Surgery.

Conditions d’accès

Programme

Cette formation se base sur le socle habituel de trois années, le BA bloc 3, suivies par les 2 années du MA bloc 2. Durant ce cursus, les étudiants abordent les trois domaines privilégiés suivants: la biomécanique, l’instrumentation et l’imagerie biomédicales. Le BA bloc 3 permet d’acquérir les notions de base en Sciences biomédicales et Sciences de l’ingénieur. Alors que la première partie du programme de MA (MA bloc 1) procure les matières de base pour ces trois volets, lors la deuxième partie du cursus (MA bloc 2), l’étudiant aura la possibilité de choisir un ensemble de cours se rapprochant plus de ses affinités dans l’un ou l’autre des trois domaines privilégiés dans cette formation. Il aura aussi la possibilité de s’orienter vers les matières nécessaires à la formation d'expert en radiophysique médicale. Cette dernière permettra à l’étudiant de comprendre les aspects liés à l’utilisation et à l’impact de rayonnements ionisants (radiothérapie, scanner,…) sur les tissus vivants.

BA bloc 3

Outre les cours de tronc commun, 30 crédits sont propres à la filière. Il s’agit d’un ensemble de cours destinés à acquérir les notions de base en Sciences biomédicales (biologie, physiologie, biochimie et anatomie) et Sciences de l’ingénieur (instrumentation, complément d’informatique et automatique), qui constituent les bases pour les cours de MA.

MA bloc 1

Les cours s’articulent autour de deux modules « Sciences biomédicales » (25 crédits) et « Sciences de l’ingénieur » (30 crédits), couvrant les bases des trois domaines privilégiés dans la formation (biomécanique, instrumentation et imagerie) pour permettre à l’étudiant d’orienter son cursus de MA bloc 2 selon ses affinités.

Ce programme est complété par un projet spécifique d’ingénierie biomédicale (5 crédits) qui se décline en un projet d’imagerie biomédicale ou un projet de biomécanique. En alternative, les étudiants auront accès, sur sélection, à deux autres types de projet : un projet biomédical en coopération au développement (voir www.ulb.ac.be/facs/polytech/cooperation-Mission.html pour plus d’information sur ces projets) ou le projet « chef d’équipe » où ils devront encadrer un groupe d’étudiants de BA bloc 1 dans le cadre de leur projet d'année.

MA bloc 2

En dernière année, le programme comprend le mémoire de fin d’études qui comptabilise 20 crédits et trois modules de cours, chacun spécialisé dans l’un des trois domaines privilégiés (biomécanique, instrumentation ou imagerie). En choisissant un minimum de 20 crédits dans deux des trois modules, chaque étudiant aura la possibilité de se spécialiser selon ses affinités. Une dernière alternative lui permettra de se spécialiser en radiophysique médicale et d’accéder à la formation complémentaire d’expert en radiophysique médicale.

L’étudiant peut alors compléter son choix par un stage (10 crédits) en entreprise ou milieu hospitalier, en Belgique ou à l’étranger, dans un module de cours complémentaires et un module libre, pour comptabiliser un total de 60 crédits au minimum. Les étudiants participent également à différentes journées thématiques (5 crédits) : les Biomedical Days (trois journées de conférences présentées par un panel d’orateurs principalement industriel, proposées conjointement avec l’UCL et l’ULg), le National Day on Biomedical Engineering – incluant une « job fair » biomédicale –, et l’European Course on Laparoscopic Surgery.

Une partie du cursus est donnée en Anglais (le nombre d’heures dépend des cours choisis par l’étudiant).

Et après ?

Débouchés

L’ingénierie biomédicale est l’un des domaines en plus forte croissance et l’offre d’emploi s’amplifie d’année en année, en particulier dans le secteur de l’innovation. A titre d’information, en 2013, plus de 10 000 demandes de brevet ont été déposées auprès de l'Office européen des brevets dans le domaine de la technologie médicale, soit plus que dans n’importe quel autre domaine technique. 41 % de ces demandes de brevet ont été déposées par des pays européens contre 39 % par les États-Unis. L’innovation est telle qu’en moyenne, une technologie médicale sera supplantée par une version améliorée dans les 18 à 24 mois suivant son introduction. L’ingénieur civil biomédical trouve donc naturellement sa place, en tant qu’expert, project manager ou project leader, dans les départements R&D, les bureaux de consultance et les groupes de recherche universitaires pour concevoir, développer et optimiser de nombreux dispositifs médicaux à usage clinique ou de recherche.

Il y a presque 25 000 entreprises dans le domaine de la technologie médicale en Europe qui emploient plus de 575 000 personnes, en comparaison des 520 000 personnes employées dans ce secteur aux Etats-Unis. L’industrie pharmaceutique, quant à elle, emploie 675 000 personnes en Europe. La demande de travailleurs avec un haut niveau de formation est donc importante dans le domaine de la technologie médicale, en général, et dans nos pays, en particulier. La formation d’ingénieur civil biomédical a été créée suite à cette demande.

L’ingénieur civil biomédical pourra postuler dans de grandes entreprises renommées depuis longtemps pour leur réalisation et production en matériel médical et aussi - et surtout - dans les nombreuses PME. En effet, l'industrie de la technologie médicale européenne est faite de 95% de PME. Ces entreprises sont poussées par la taille considérable du marché de la technologie médicale. En Europe, il est estimé à environ 100 milliards d’euros. L'Europe a aussi dans ce domaine une balance commerciale positive de 15,2 milliards d’euros (2013). Les destinations et la répartition des importations/exportations en fonction des pays sont spécifiées ci-dessous, où la Belgique se retrouve dans le peloton de tête.

Notre pays offre un grand nombre de possibilités d’emploi pour les ingénieurs civils biomédicaux. Pour se faire une idée, en Belgique, l’industrie des dispositifs médicaux emploie environ 18 000 personnes, le chiffre d’affaires du secteur des dispositifs médicaux réalisé sur le marché national s’élève à 3,4 milliards d’euros, le secteur des dispositifs médicaux croît à un rythme de 4 % par an (2010) et notre pays compte plus de 380 entreprises spécialisées dans les dispositifs médicaux, pour 70 % de PME.

La formation polyvalente de la filière offre à ses diplômés l’embarras du choix quant à son orientation professionnelle, y compris, pour ceux qui le désirent, dans des domaines autres que l’ingénierie biomédicale. En effet, en fonction de l’orientation choisie par l’étudiant durant son cursus (qui lui fournira un niveau technique fort poussé), l’ingénieur civil biomédical pourra postuler dans d’autres domaines plus traditionnels comme la mécanique, l’électronique et l’informatique. Enfin, par l’originalité de sa formation ancrée dans la réalité médicale, l’ingénieur civil biomédical peut aussi prétendre à occuper des fonctions importantes dans les services hospitaliers et la gestion de structures hospitalières.