1. Accueil
  2. FR
  3. L'Université
  4. L'ULB s'engage
  5. Actions solidaires

Universitaires ouighours en Chine: l’ULB exprime sa solidarité vis-à-vis des collègues victimes de répression

L'ULB, qui condamne les obscurantismes et les diverses formes d'autoritarismes, réaffirme avec force son attachement indéfectible à la liberté d'expression et à la liberté académique partout dans le monde.

Depuis 2016, la région du Xinjiang (nord-ouest de la Chine), historiquement peuplée par une majorité de Ouighours (turcophones musulmans), est le théâtre de répressions continues qui ont mené à la détention illégale de plus d'un million de Ouighours dans des camps de "rééducation". Parmi les détenus figurent un nombre croissant d'académiques ouighours, comme rapporté par Scholars at Risk dans son bilan annuel, qui consacre trois pages au cas ouighour.

Les trajectoires de ces collègues devenus des prisonniers "clandestins" illustrent la répression qui écrase depuis plus de deux ans la vie de millions de Ouighours et touche plus particulièrement les intellectuels et les figures publiques issus de ce groupe ethnique.
Aucun procès public n'a été répertorié, et les universités de la région sont de facto fermées aux chercheurs étrangers. Les collègues français, néerlandais, suisses et belges se sont néanmoins activement mobilisés et plus de 100 sinologues au total ont ainsi signé cinq tribunes publiées dans quatre grands quotidiens nationaux en Europe pour dénoncer les politiques chinoises et exiger la fermeture de ces camps.

L'ULB, qui condamne les obscurantismes et les diverses formes d'autoritarismes, réaffirme avec force son attachement indéfectible à la liberté d'expression et à la liberté académique partout dans le monde. L'ULB appelle aussi les universités en Belgique et en Europe à afficher leur solidarité en dénonçant ouvertement la situation de nos collègues ouighours dans et en dehors de la Chine, en relayant toute information liée à des disparitions de collègues rattachés aux universités de la région du Xinjiang et au-delà. C'est le silence qui a jusqu'ici facilité l'arrestation et l'emprisonnement de nos collègues en Chine; l'ULB encourage donc à briser ce silence au nom de la Connaissance et de la Liberté de la science, de la Liberté de penser en sortant du cadre idéologique imposé par toute autorité politique, et des Droits Humains qui sont au cœur des valeurs de l'ULB.
Mis à jour le 26 avril 2019