1. Accueil
  2. FR
  3. Étudier
  4. Offre de formation

Bachelier en sciences géographiques, orientation générale

Bachelier en sciences géographiques, orientation générale

Accéder aux sections de la fiche

Call to actions

  • Intitulé du programme
    Bachelier en sciences géographiques, orientation générale
  • mnémonique du programme
    BA-GEOG
  • Programme organisé par
    • Faculté des Sciences
  • Type de diplôme
    Bacheliers
  • Cycle
    1er cycle
  • Secteur et domaine d'études
    Sciences et techniques/Sciences
  • Type d'horaire
    En journée
  • Langues d'enseignement
    français
  • Durée théorique de la formation
    3 ans
  • Campus
    Plaine/Solbosch
  • Catégorie / Thématique
    Sciences et techniques - Sciences
  • Président du jury
    Jean-Michel DECROLY
  • Secrétaire du jury
    Frank PATTYN

Détails

Informations générales

Type de diplôme

Bacheliers

Durée théorique de la formation

3 ans

Langue(s) d'enseignement

français

Type d'horaire

En journée

Campus

Plaine/Solbosch

Catégorie(s) - Thématique(s)

Sciences et techniques - Sciences

Faculté(s) et université(s) organisatrice(s)
Infor-études

Aide à la réussite

La prise de notes au cours est soutenue par la mise à disposition sur internet de syllabus, ou à défaut des transparents projetés au cours. Les livres de référence sont disponibles dans les bibliothèques.

Le petit nombre d’étudiant.e.s. facilite les interactions avec les professeurs, les assistants mais aussi avec les chercheurs de l’Institut de Gestion de l’Environnement et d’Aménagement du Territoire (IGEAT). La solidarité entre les étudiants est encouragée et soutenue par l’existence d’un cercle non folklorique, par la réalisation de travaux de groupe ainsi que par la mise à disposition de locaux spécialisés (cartothèque, bibliothèques spécialisées, local informatique).

L'aide à la réussite est assurée au sein de structures personnalisées de guidance en chimie, physique et mathématiques, disposant d’une salle de travail, d’une bibliothèque, de recueils d'exercices, d’accès à des aides informatiques, d’un laboratoire de base,…

Concernant la première année, afin de faciliter la transition secondaire-université, la première année universitaire est organisée de manière progressive :

  • interrogations dispensatoires en novembre,

  • interrogations dispensatoires obligatoires en janvier, examens en juin, deuxième session en août.

En outre, avant d’entrer à l’université, des cours de propédeutique sont organisés avant la rentrée. Enfin, une personne ressource est présente au sein de chaque section pour aider les étudiants à évaluer leurs résultats et leurs méthodes de travail.

https://etudiant.ulb.be/fr/reussir-ses-etudes?ksession=399038e5-cab0-4102-b9e9-777d4fb441c2

Réussir ses études

L'Université vous accompagne grâce à une multitude d'activités et de ressources qui vous aideront, avant ou pendant vos études, à élaborer votre stratégie de réussite.

Avant votre arrivée à l'ULB, facilitez votre transition vers l'enseignement supérieur grâce à des cours prépas, des cours d'été, des ateliers d'information et d’orientation.

Pendant vos études, de nombreuses personnes s'occupent de soutenir votre réussite: encadrants en faculté, guidances (inter)facultaires, tuteurs et experts en méthodologie universitaire.

Présentation

Vous aimez les voyages et les cartes ? Vous aimez comprendre le monde qui vous entoure ? Vous aimez les interactions entre les sciences exactes, les sciences naturelles et les sciences sociales ? Vous cherchez une formation qui peut vous mener vers une grande variété de métiers ?

Le Bachelier en sciences géographiques fourni une solide formation multidisciplinaire pour l'étude de l'environnement physique comme des sociétés humaines. Les territoires, qu’ils soient urbains ou ruraux, sont analysés à l’aide de cartes et de méthodes scientifiques dans le but de décrire et de comprendre leur organisation spatiale ainsi que les processus qui les régissent et les façonnent (développement économique, flux migratoires, phénomènes d’érosion, …).

Dès le 1er bloc, la formation est constituée pour près de la moitié de cours spécifiques à la discipline ; elle augmente progressivement au 2e et 3e blocs.

Dès le 1er bloc, les cours ex-cathedra sont soutenus par des travaux pratiques, mais aussi des excursions sur le terrain (dont une excursion de 4 jours au 2e et 3e blocs en alternance en Suisse pour la géographie physique et un tour de Belgique en géographie humaine) ; la part des cours théoriques diminue dès le 2e bloc pour laisser une place importante aux exercices, travaux pratiques et excursions. A partir du 2e et surtout du 3e bloc, les cours de géographie comprennent des travaux de recherche personnelle.

La plupart des cours spécifiques à la discipline étant donnés à des groupes de petite taille, la formation inclut des excursions, du travail de terrain, la réalisation de travaux de groupes, mais aussi des interactions fortes entre les étudiants, les assistants et les professeurs.

Au cours des travaux pratiques et pour les travaux personnels, l’étudiant apprend à utiliser des logiciels spécialisés et libres, pour traiter des données géographiques (système d’information géographique) ou statistiques mais aussi les bibliothèques spécialisées et les collections de cartes et d’atlas (cartothèque).

Un apprentissage à taille humaine : la plupart des cours spécifiques étant donnés à des groupes de petite taille, ils laissent la place à une interaction forte entre étudiants, assistants et professeurs, qui permet l’usage de méthodes actives, le développement d’une perspective critique et laisse la place aux débats.

Des méthodes actives : à partir d'expériences concrètes et de questions-problèmes révélant des enjeux contemporains, les étudiant.e.s sont progressivement amenés à s'approprier des théories, à expérimenter des méthodes, à tester des modèles.

Des logiciels libres : les cours méthodologiques mobilisent des logiciels libres, permettant une utilisation bien au-delà du cadre universitaire, notamment grâce à l’usage de systèmes d’information en géographie (SIG).

Deux excursions de plusieurs jours, en partie préparées par les étudiant.e.s : l’une en Belgique, l’autre en Suisse, elles offrent l’occasion de confronter au terrain une analyse géographique préalable exploitant les connaissances et outils d’analyse acquis durant la formation.

Les programmes de mobilité s’adressent en priorité aux étudiants de master.

Conditions d’accès

Programme

Lecture, analyse et production de cartes, travaux pratiques, recherche documentaire, excursions, présentations orales,... seul-e ou en groupe : par des méthodes variées, la formation en géographie offre une solide formation en sciences exactes, naturelles et humaines. Elle couvre les outils et savoirs de base nécessaires à l'analyse de la répartition spatiale de différents phénomènes et aux interactions entre les êtres humains et leur milieu. Elles introduisent dès la première année plusieurs cours de géographie tant physique que humaine, mais aussi des cours de géomatique. En géographie physique, les cours abordent la formation des territoires et leur évolution sous l'influence du climat. En géographie humaine, les cours proposent des clés de lecture des répartitions spatiales des hommes et de leurs activités à différentes échelles (de la ville au continent) et à travers le monde.

Et après ?

Débouchés

Les bacheliers en géographie pourront se diriger vers un Master en sciences géographiques (géographie humaine, à finalité « développement territorial », « didactique » ou « urban studies ») ou en sciences et gestion de l’environnement (incluant la géographie physique).

En prolongeant le Bachelier par un Master en sciences géographiques, les diplômé.e.s auront accès aux métiers relatifs à l’aménagement du territoire, à l’urbanisme, à l’environnement, à la géomatique et au géomarketing, et pourront répondre à des questions telles que : Où implanter une nouvelle entreprise, un nouveau siège, une nouvelle infrastructure?? Comment cartographier le territoire et son évolution à partir d’images aériennes ou satellitaires?? Comment concilier protection du paysage ou du patrimoine avec tel développement??

En prolongeant le Bachelier par un Master en sciences de l’environnement, les diplômé.e.s constitueront un effectif qualifié indispensable aux différents programmes de recherche nationaux et internationaux qui visent aujourd’hui à réduire les incertitudes sur nos prédictions de l’empreinte future de l’Homme sur notre planète et à contribuer aux solutions d’un développement durable à toutes les échelles spatiales.