​​​​La protection de l'environnement passe aussi par un Erasmus durable ! 
Désireux de répondre aux enjeux en matière environnementale, le programme Erasmus+ évolue et se met au vert. Depuis 2021, il finance des modes de mobilité plus respectueux de l’environnement.
Erasmus Goes Green a pour objectif d'accroître la conscience environnementale en matière de mobilité et de permettre, à terme, de réduire l'empreinte carbone liée au transport des activités de mobilité.
Le saviez vous ? Le transport aérien est de loin le mode de transport le plus émetteur de CO2 par passager-kilomètre (20x plus que le train). Les émissions CO2 de l’ULB proviennent en majorité des déplacements des membres de l’université, étudiants et employés (45% du total). Les voyages en avion des étudiants représentent à eux seuls 12% des émissions de l’ULB!
 

Pourquoi particper ? 
  • Pour bénéficier d’un forfait unique de 50€. Rendez-vous sur notre page web pour plus d'informations sur les financements
  • Pour recevoir jusqu’à 4 jours de bourse supplémentaires.
  • Pour contribuer au Plan Climat adopté par l’ULB en 2019 !
Pour qui ? 

Tous.tes les futur.es étudiant.es qui ont un départ prévu l'année prochaine, à l'exception de ceux qui se rendent en Belgique, en Suisse et au Royaume-Uni.

Comment ?

Après la fin de votre séjour, envoyez à Gloria Cavasin (Europe) ou Corinne Nitelet (Hors-Europe) les justificatifs qui prouvent que vous avez voyagé durablement à l'aller et au retour de votre voyage.

Transports durables
Calculez et comparez le taux de CO2 de vos différents moyens de transport sur Greentripper et EcoPassenger
Nos conseils
  • Evitez les allers-retours non essentiels pendant votre séjour ;
  • Adoptez des comportements durables durant votre séjour ;
  • Prenez le temps de voyager ;

L'expérience de Diane

"Bonjour !

En ce qui concerne mon transport jusqu'à ma destination Erasmus, j'ai opté pour le voyage "durable". Qu'entend-on par là ? Cela consiste à prendre un transport plus durable que l'avion : que ce soit le train, le bus ou le covoiturage.

Pour ma part, j'ai opté pour le bus. Les raisons qui m'ont motivée à effectuer un voyage de la sorte sont diverses. D´une part pour des questions environnementales pour lesquelles j'essaie de m'engager un minimum, et d'autre part, pour des questions purement pratiques (transport vers et depuis l'aéroport souvent long et cher, le temps d'attente à l'aéroport, la limitation au niveau du volume et du contenu des bagages etc.) et bien sûr pour des questions financières.

Mon trajet s'est effectué de la manière suivante: j'ai dû premièrement déménager mon kot de Bruxelles à Lyon, d'où je suis originaire. J'ai pris un premier Flixbus pendant 10 heures environ. Puis la semaine suivante, j'ai fait le trajet Lyon-Málaga en Flixbus également.

Cela peut surprendre, car c'était un voyage de 26 heures, mais franchement, une fois dans l'ambiance du voyage, ça se fait tout seul. De plus, j'avais vraiment la sensation de voyager, et non pas d'être "téléportée" d'un lieu à un autre en quelques heures d'avion.

Le bus est passé par le sud-ouest de la France (Bordeaux) puis descendu vers le nord-ouest de l'Espagne (Bilbao) puis est descendu vers le centre en passant par Burgos, Madrid, Jaén, Grenade en finissant par Málaga, son terminus.

Enfin, gros plus, on traverse une multitude de paysages grandioses et souvent, on rencontre d'autres voyageurs !"


Le plan climat

Mis à jour le 31 mai 2022